/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Stéphane Lessard

Mauvaise idée, M. Duceppe

QMI_QMI_201402041430_013
PHILIPPE-OLIVIER CONTANT/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Gilles Duceppe a été, pendant plusieurs années, le meilleur porte-parole du camp souverainiste et un politicien de talent. Mais il ne redeviendra pas ce leader dominant qu’il a été, parce que le jeu a déjà changé et les Québécois aussi.  
 
À Ottawa, Gilles Duceppe a représenté une opposition vigoureuse et intelligente. Ses députés l’admiraient, ses adversaires le respectaient. Il avait une rare habileté politique. Il pouvait, d’un enjeu à l’autre, faire un plaidoyer pour l’indépendance, relayer la position du gouvernement fédéraliste du Québec, ou attaquer le gouvernement fédéral dans une perspective canadienne.  Sa feuille de route est impressionnante. Puis, après tant d’années de loyaux services, il est mort au champ d’honneur, au bout de sa course, comme il se doit. 
 
Qu’il ait toujours le feu sacré, je le conçois. Reprendre du service, pourquoi pas? Dans le coin de l’entraîneur, pour prodiguer des conseils. C’est ce qu’on attendrait du premier député élu sous la bannière du Bloc québécois, en 1990, avant même la fondation officielle du parti.
 
Mais remonter sur le ring? Affronter à nouveau Stephen Harper? J’ai peine à le croire. Un sondage interne aurait indiqué qu’avec lui pour chef, le Bloc québécois ferait mieux qu’avec Mario Beaulieu. C’est l’évidence! L’élection de Mario Beaulieu est au mieux un accident au pire le juste reflet de ce qu’il reste au Bloc comme force d'attraction. « Le champ de ruines », pour paraphraser feu Jacques Parizeau, c’est le Bloc, bien plus que le PQ.
 
Rappelez-vous 2011. Comme elle lui a semblé pesante, cette campagne. En comparaison de Jack Layton, malade mais souriant, Gilles Duceppe avait l’air de celui qui voulait être ailleurs. Au jour de sa démission, le 4 mai 2011, deux jours après la vague orange, il s’exprimait ainsi : « Comme toujours, les électeurs auront le dernier mot. Ils ont exprimé un profond désir de changement. Cette fois, les Québécois ont voulu essayer autre chose. Nous devons respecter cette volonté clairement exprimée. »
 
C’est toujours vrai. En fait, les Québécois n’ont pas seulement voulu essayer autre chose. Ils sont passés à autre chose.
 
Bientôt 25 ans de Bloc. C’est long pour le parti éphémère qu’avait imaginé Lucien Bouchard. Vingt-cinq ans pendant lesquels les Québécois auront fait et refait le choix de la protestation. Il a fallu qu’il soit drôlement habile et imaginatif, Gilles Duceppe pour trouver élection après élection matière à régénérer l’intérêt pour le Bloc. Mais il l’a senti cet essoufflement, cette usure de la rhétorique bloquiste. Ce n’est pas pour rien qu’il a tenté de briguer la course à la succession d’André Boisclair au PQ en 2007. La succursale d’Ottawa ne faisait déjà plus recette.
 
L’enracinement du Bloc à Ottawa n’aura finalement contribué ni à l’avancement de la souveraineté ni à l’avancement du renouvellement du fédéralisme. L’impact réel et concret du Bloc québécois, c’est d’abord l’absence presque totale du Québec dans le gouvernement canadien pendant un quart de siècle. C'est d'abord une perte d'influence du Québec.
 
C’est à cela que les Québécois ont voulu mettre fin. Ils en ont eu assez de vivre cette quarantaine politique. En 2011, ils ont fait ce qui leur est apparu comme un certain retour aux affaires canadiennes. Quelle sera la suite? Je ne sais pas, mais je ne vois pas par quelle contorsion de l’histoire, le Bloc pourrait regagner en pertinence.
 
Et si c’est l’arrivée de PKP qui amène M. Duceppe à penser que le Bloc a de l’avenir, il faut lui rappeler ce qu’il disait, M. Péladeau, en novembre dernier. C’était dans le temps où PKP n’avait pas encore appris à dire autre chose que le fond de sa pensée : « Le Bloc ne sert strictement à rien, sauf à justifier le fédéralisme. » 
 
 
 
 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.