/opinion/blogs
Navigation

Policier tué par un "homme libre" à West Edmonton

Policier tué par un "homme libre" à West Edmonton

Coup d'oeil sur cet article

Vendredi 5 juin 2015

Depuis quelques jours, j’avais envie de parler de l’incident survenu vendredi dernier à McKinney, au Texas. Vous avez certainement vu cette vidéo maintenant devenue virale où l’on voit un policier local faire un fou de lui. Appelé sur une scène où des dizaines de jeunes noirs en costume de bain faisaient la fête, il s’en est pris à une jeune fille de 15 ans, en bikini et non armée de surcroît. C’était presqu’au même moment où il a dégainé son arme de service devant quelques jeunes qui criaient un peu fort, toute une menace ! Qu’on lui enlève son arme et son badge de police, ça presse ! C’est le genre d’abruti qui fait passer le reste de ceux qui portent l’uniforme pour des épais de première.

Samedi 6 juin 2015

Et puis il y a eu cette spectaculaire évasion du Clinton Correctional Facility. Survenue dans la nuit de vendredi à dimanche, elle met en vedette (c’est presque un scénario de film) 2 meurtriers qui ont réussi à sortir d’une prison à sécurité maximum en utilisant des outils pour percer des trous dans les murs de leur cellule, ouvrir des tuyaux et sortir par un bouche d’égout non loin de la prison.

On en aurait peu entendu parler si ce n’était que cette prison est située à environ 35 km de la frontière canado-américaine. Je vous aurais parlé de la porosité de cette frontière, photo à l’appui. Parce qu’entre les postes frontaliers de St-Bernard-de-Lacolle, Hemmingford et Havelock qui sont situé directement au nord de cette prison, il y des kilomètres de boisés. Il y a bien cette ligne entretenue par la Commission de la frontière internationale, une dizaine de mètres tout au plus avec de jolies bornes marquées Canada au nord et United States of America du côté sud. Pas de mur, pas de clôture, une promenade dans les bois pour le traverser vous-dis-je.

Lundi 8 juin 2015

Tout ça c’était jusqu’à ce que les nouvelles du mardi matin nous apprennent la mort d’un policier dans le quartier West Edmonton, en Alberta. Daniel Woodall, 35 ans, et son collègue se rendait exécuter un mandat d’arrestation et ont été accueillis par une pluie de balles. L’agent Woodall est mort de ses blessures alors que son partenaire, atteint lui aussi doit sa vie à son gilet pare-balles.

La maison dans laquelle celui qui a tué un policier a ensuite pris feu. Lors d’une conférence de presse, le chef du service, Rob Knecht a par la suite indiqué que le suspect a avait été localisé et ne représentait plus une menace. Une façon comme une autre de dire que l’homme était mort dans l’incendie de sa demeure. Une espèce de mini Waco au Texas. La police arrive, on tire et on met le feu, pas question d’être arrêté.

"Homme Libre"

C’est le suspect, celui qui a tiré sur les policiers. Il faisait partie d’un groupe qui porte plusieurs noms, Freemen of the Land, Citoyens Souverains, Monarques sans Royaume etc. Ils refusent toutes lois, tout gouvernement et le système économique. C’est la rébellion totale pour eux. Ils refusent de payer leurs factures et inscrivent des hypothèques mobilières sur les biens des représentants de l’ordre, prétextant l’abus d’autorité des ces derniers sur les personnes souveraines qu’elle sont.

Il conduisent des véhicules sans immatriculation, refusent de payer des droits pour avoir un permis de conduire. Et aussi, c’est là que l’expression de ce qui s’est passé lundi soir à West Edmonton prend tout son sens, ils résistent aux forces de l’ordre, à la police. Par tous les moyens, y compris les armes, ils refusent de faire partie d’une société qui, bien qu’imparfaite, est la nôtre.

Leur mouvement est connu aux Etats-Unis et dans l’ouest canadien. Des personnes partageant les mêmes vues se trouvent aussi au Québec. Les policiers le savent et les connaissent pour la plupart. On peut difficilement parler de membres parce qu’ils n’ont pas de véritable association. Mais ils partagent une même vison d’un monde où c’est chacun pour soit, des espèces de survivalistes qui ne croient plus en rien, sauf en eux, et en leurs armes.

Mardi 9 juin 2015

La nouvelle va rapidement faire le tour des médias, c’est sûr. Les adeptes de ce mouvement vont même célébrer les actions d’un désaxé qui a poussé l’audace de refuser toute forme d’autorité en tuant un homme qui croyait aussi à la liberté et qui a même donné sa vie pour celle-ci.

Pendant ce temps, à West Edmonton, une jeune veuve et ses deux enfants pleurent la perte d’un mari, d’un père qui avait quitté la maison cette journée-là sans se douter qu’il ne reviendrait jamais.

« Les abus de liberté tueront toujours la liberté »

                                              - André Maurois