/sports/others
Navigation

Des espoirs anéantis par une chute

La formation d’Optum p/b Kelly Benefit Strategies a vu trois de ses membres tomber

Les membres de la formation Caja Rural-Seguros RGA (en vert, à droite sur la photo) ont réussi à répéter leur exploit de la veille, soit un doublé à la ligne d’arrivée.
Photo courtoisie Corporation du Grand Prix cycliste de Beauce/Brian Black Hodes Les membres de la formation Caja Rural-Seguros RGA (en vert, à droite sur la photo) ont réussi à répéter leur exploit de la veille, soit un doublé à la ligne d’arrivée.

Coup d'oeil sur cet article

MONT MÉGANTIC | La formation d’Optum p/b Kelly Benefit Strategies a été victime d’une véritable hécatombe, à 10 kilomètres du fil d’arrivée.

Michael Woods, Pierrick Naud et Philip Gaimon étaient mal en point au fil d’arrivée. «Je volais comme Superman, a imagé Wood qui trouvait néanmoins le moyen de rire de sa mésaventure. Un gars a chuté devant nous et nous avons passé par-dessus. Je suis chanceux de n’avoir rien de cassé. Je vais avoir besoin de points de suture au bras droit, mais c’est le vélo.»

Woods avait aussi le torse tout ensanglanté et la cuisse gauche en mauvais état. «Je suis fâché parce que j’étais dans une bonne forme, a indiqué celui qui a pris le deuxième rang au mont Mégantic l’an dernier. En raison des efforts de Guillaume Boivin qui a roulé en avant pendant 80 kilomètres pour nous mener au pied de la montagne, nous étions dans une situation parfaite. J’ai maintenant perdu trop de temps pour espérer gagner au classement général, mais j’espère bien faire lors des étapes de Québec et de Saint-Georges si mon corps récupère bien.»

Départ en ambulance

Victime d’une chute, Travis Samuel, de H&R Block Pro Cycling, a quitté en ambulance alors que Sébastien Cossette, de Santé Universelle, ressemblait à un boxeur au fil d’arrivée.

En compagnie de Robin Carpenter, de Hincapie Pro Cycling, et de Jack Bobridge, de Team Budget Forklifts, Boivin a pris la clé des champs au 80e kilomètre avant d’être repris à 10 kilomètres du fil d’arrivée. «Nous aurions eu des chances de nous rendre jusqu’au bout si nous avions eu 2 min 30 s d’avance au pied de la bosse, a raconté celui qui a finalement pris le 41e rang à 6 min 07 s du vainqueur.»

«N’eût été sa chute, Michael avait tout pour lui, a poursuivi Boivin. Nous avions confiance en nos deux grimpeurs. En partant dans l’échappée, on voulait éviter de se retrouver à chasser comme ce fut le cas lors de la première étape, mercredi.»

Grosse journée

Deux épreuves sont au programme vendredi.

Tout d’abord, un contre-la-montre de 21 kilomètres sur une portion de l’autoroute 73 qui n’est pas encore ouverte à la circulation et un critérium (40 boucles de 1,5 kilomètre) qui fait son retour dans les rues du centre-ville.


Autre domination espagnole au sommet du mont Mégantic

MONT MÉGANTIC | Après le doublé de mercredi, la domination espagnole s’est poursuivie, jeudi, à la deuxième étape du Tour de Beauce.

Amets Txurruka a remporté l’ascension du mont Mégantic en s’imposant devant son coéquipier Pello Bilbao et le champion en titre Toms Skujins, de Hincapie Racing Team, lors du dernier kilomètre.

Un autre Espagnol, Eduard Prades, a terminé au pied du podium.

Txurruka a franchi les 169 kilomètres en 4 h 24 min 56 s pour devancer Bilbao et Skujins par 21 secondes et Prades par 29. «Avec trois kilomètres à faire, je me suis échappé en compagnie de Skujins et j’ai attaqué dans le dernier kilomètre, a expliqué le vainqueur et nouveau détenteur du maillot jaune remis au meneur au classement général. Le coureur de Hincapie est très bon.»

Début de course difficile

«Avec les forts vents et plusieurs attaques, les 18 premiers kilomètres ont été très difficiles, a poursuivi Txurruka, qui a terminé au 23e rang au classement général du Tour de France en 2007. Mes coéquipiers ont fait un très bon travail en avant du peloton. Je ne suis pas très bon au contre-la-montre et on va voir ce qui va arriver demain (vendredi).»

Vainqueur de l’étape du mont Mégantic en 2014 et champion du Tour, Skujins garde confiance en ses chances de remporter le titre au classement général. Le Letton n’accuse que 19 secondes sur le détenteur du maillot jaune.

«Nous ne sommes pas loin et nous sommes tous encore là pour la victoire au général, a résumé Skujins dans un excellent français. Ce fut difficile toute la journée, mais je suis resté calme. J’ai attaqué avec trois kilomètres, mais l’Espagnol m’a suivi. Je le sentais un peu plus fort que moi et je n’ai pas été capable de le suivre quand il m’a attaqué dans le dernier kilomètre. Je me suis fait passer sur la ligne par l’autre Espagnol.»

Champion national en 2013 à Lac-Mégantic, Ryan Roth a été le meilleur Canadien avec une 9e place. Le coureur de Silber Pro Cycling a terminé à 1 min 06 s du vainqueur.