/finance/business
Navigation

Le Québec en vedette au Salon du Bourget

Des PME de la province investiront à l’international

Le Salon international de l’aéronautique et de l’espace à Paris – Le Bourget aura lieu du 15 au 21 juin prochain.
Photo courtoisie Le Salon international de l’aéronautique et de l’espace à Paris – Le Bourget aura lieu du 15 au 21 juin prochain.

Coup d'oeil sur cet article

De petites et moyennes entreprises annonceront des investissements étrangers au Salon international de l’aéronautique et de l’espace à Paris – Le Bourget la semaine prochaine.

Les géants de l’industrie, comme Bombardier et Pratt & Whitney, ne seront pas les seules entreprises sur scène lors de l’événement qui se tiendra du 15 au 21 juin.

«Des PME annonceront des investissements ailleurs dans le monde», a assuré Suzanne Benoît, présidente de la grappe industrielle Aéro Montréal. «Elles ouvriront leurs portes à l’extérieur. Elles ne se délocalisent pas, mais elles doivent se rapprocher des chaînes d’approvisionnement au Mexique et en France.»

Ambition

S’internationaliser est un besoin essentiel chez les fabricants qui ont de l’ambition, a enchaîné Mme Benoît. «Nous souhaitons qu’elles ne soient pas dépendantes seulement de clients locaux. Une vingtaine seront présentes à notre kiosque.»

Que se passera-t-il du côté des Bombardier, Pratt, Bell Helicopter et CAE?

«C’est le ministre [de l’Économie] Jacques Daoust qui fera les annonces d’investissement», a précisé la présidente d’Aéro Montréal. «Chaque compagnie fera ses annonces séparément, mais tout est encore secret.»

Bombardier attirera certes l’attention avec l’avion CS300 (130 à 160 passagers) de sa gamme CSeries. Il effectuera des démonstrations de vol afin de séduire la clientèle et recueillir des commandes.

Le fabricant a passé 10 ans à développer les appareils, dépensant 5 milliards $ et remaniant sa direction afin d’y arriver.

Grappe ontarienne

Aéro Montréal a pour sa part l’intention de signer une entente avec la grappe aérospatiale ontarienne. Les entreprises membres de l’une deviendront automatiquement membres de l’autre.

«Nos PME gagneraient à connaître les intégrateurs ontariens, qui complémentent ceux du Québec, pour devenir leurs fournisseurs», a avancé Suzanne Benoît.La grappe montréalaise se rapprochera aussi de l’Andalousie et du Pays Basque, en Espagne et en France.

À l’heure actuelle, Aéro Montréal est la troisième plus grande grappe aérospatiale dans le monde. L’industrie compte 215 entreprises, dont 190 PME, avec 43 500 travailleurs et un chiffre d’affaires de 12 milliards $.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.