/news/politics
Navigation

Pas de baisse de taxes avec les surplus de l’amphithéâtre

L’argent sera réinjecté à ExpoCité

Pas de baisse de taxes avec les surplus de l’amphithéâtre
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coup d'oeil sur cet article

Régis Labeaume a envisagé de redonner à la population de Québec les surplus de l’amphithéâtre sous forme de crédit sur le compte de taxes municipales mais il s’est ravisé et promet une nouvelle hausse en 2016 équivalente à l’inflation.

Le maire de Québec a précisé sa pensée sur les ondes de CHOI, mardi matin, au sujet de l’utilisation des surplus de 30 M$ (15 M$ pour la Ville et 15 M$ pour le gouvernement du Québec) qui découlent de la construction de l’amphithéâtre, un projet d’envergure qui aura finalement coûté 370 M$ au lieu des 400 M$ annoncés.

La Ville et le gouvernement ont déjà convenu de réinjecter 5 M$ chacun dans la future place publique située en face du Centre Vidéotron. Une place qui sera animée 12 mois par année, avec une patinoire en hiver.

Reste donc 10 M$ pour chaque palier. «Avec le 10 M$ restant, nous, ce qu’on va faire, c’est que tout le projet de Daniel Gélinas, le marché et la place foraine, nous, on avait prévu l’argent dans le PTI là-dessus alors on va prendre les millions et on va remplacer l’argent», a exposé le maire lors de cette entrevue radiophonique.

Baisse de taxes «symbolique» ?

L’animateur Jérôme Landry lui a alors suggéré un crédit symbolique sur le compte de taxes. «Oui, ça aurait été le fun. On y a pensé mais savez-vous, nous autres, on a décidé qu’on était constants. Vous n’aurez jamais de surprise avec nous, c’est toujours l’inflation. Et, depuis sept ou huit ans, si vous calculez l’augmentation des taxes, on est la ville qui a le moins taxé», a répondu le maire.

L’argent, autrement dit, sera retourné à la population sous une autre forme, a plaidé le maire. «On va remplacer un autre montant par celui-là et ça va revenir à la même affaire, ça va faire une dépense de moins...»

Comité plénier

La Ville répondra à toutes les questions des élus au sujet de l’amphithéâtre et des investissements réalisés sur son pourtour aujourd’hui, lors d’un comité plénier. Le maire Labeaume réfute les critiques de ceux qui évoquent un budget nettement supérieur à 400 M$ en raison des investissements routiers, notamment, réalisés à proximité de l’amphithéâtre, et qui ont été exclus du budget total.

«Vous allez avoir l’historique de tout ce qui a été fait. Ce qui va correspondre à une obligation de travaux pour l’amphithéâtre, c’est très peu, mais laissez-moi la politesse de le dire en premier aux élus», a-t-il affirmé.

Démolition du cube

Appelé à réagir également sur les déclarations de l’auteur de la sculpture cubique à Place de Paris dans le Vieux-Québec, qui menace de poursuivre la Ville si elle ne reconstruit pas son œuvre à l’identique, le maire a simplement rétorqué que ça ne l’empêcherait pas de dormir la nuit prochaine. «Je vais vous dire une autre affaire, ce n’est pas dans la priorité de mes préoccupations aujourd’hui.»

L’auteur de l’œuvre controversée, Jean-Pierre Raynaud, a déclaré au Soleil que «ça n’aurait aucun sens de ne pas reconstruire, surtout que c’est un cadeau qui a été fait à Québec par M. Chirac», l’ancien président français.

La sculpture de béton et de marbre a été inaugurée en 1987. Elle sera démantelée pour des «raisons de sécurité» puisqu’elle menace de s’écrouler en raison d’infiltrations d’eau. La Ville n’a pas encore annoncé ses intentions pour la reconstruction éventuelle dans le Vieux-Québec ou sur un autre site.

Mariage PKP-Snyder

M. Labeaume a par ailleurs soutenu que le mariage de Pierre Karl Péladeau et Julie Snyder, au cours duquel il agira à titre de célébrant, n’a rien à voir avec ses allégeances politiques. Le maire n’a jamais renié son passé souverainiste mais depuis qu’il a été élu à la mairie de Québec en décembre 2007, il n’a jamais pris position publiquement pour un parti politique provincial.

Il s’est défendu de le faire cette fois-ci en acceptant de marier le célèbre couple. «Non. Pierre Karl le sait. Il a ses idées politiques, j’ai les miennes. Et aux prochaines élections, je vais rester neutre. Il y a quelques mois, les gens me blâmaient parce qu’ils disaient que je couchais avec le gouvernement. Là, je marie Pierre Karl et je suis un méchant séparatiste», a-t-il pesté.

«Si Philippe Couillard était chef de l’opposition et m’avait demandé de le marier, j’aurais dit oui. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise. À un moment donné, il faut s’assumer. Je me serais trouvé ben couillon de dire non.»