/slsj
Navigation

L’eau du lac vendue en Chine : la Coalition Eau Secours! dénonce le maire de Roberval

avis ébullition bouteille eau
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition Eau Secours! dénonce le maire de Roberval, qui se fait promoteur d’une usine d’embouteillage de l’eau du lac Saint-Jean qui exporterait sa production en Chine.

«Je trouve ça indigne d’un élu municipal de faire la promotion de la vente de l’eau municipale produite avec l’argent des contribuables pour en faire un bien commercial qui ne va pas rapporter grand-chose», a déploré la directrice de l’organisme, Martine Chatelain, lors d’une entrevue avec le Bureau parlementaire.

Le Journal rapportait jeudi que la ville de Roberval compte augmenter la production de son usine de filtration pour combler les besoins d’une usine d’embouteillage. Le projet a franchi une nouvelle étape, a affirmé le maire Guy Larouche. «Nous avons accordé un mandat à un démarcheur avec qui nous avons déjà eu des rencontres qui réunissaient également des investisseurs», a-t-il confirmé.

Les promoteurs qui souhaitent embouteiller l’eau du lac envisagent d’exporter une grande partie de la production vers la Chine, un marché en pleine expansion. Un important joueur de l’industrie mondiale de l’eau embouteillée fait partie du groupe d’investisseur et le maire croit que la production pourrait débuter en 2016.

La Coalition Eau Secours! dénonce l’absence de consultation et d’études. «Y aura-t-il conflit entre la consommation locale et la production de l’usine? Lorsqu’on est lié avec une entente commerciale, s’il manque d’eau pour les écoles et les hôpitaux, c’est la compagnie qui va l’avoir avant en vertu des accords commerciaux», s’inquiète Mme Chatelain.

Elle souligne d’ailleurs que l’organisme considère que l’eau est un «bien public et un bien commun» et que ce n’est pas à un élu municipal «de la vendre.» «En plus ce type d’usine crée peu d’emplois qui ne sont pas intéressants. Tout ça pour très peu de redevances», estime-t-elle.

Elle pointe du doigt le gouvernement du Québec. «Le fédéral interdit la vente d’eau en vrac, mais le gouvernement provincial ne fait pas son travail. La politique de l’eau a été mise sur place en 2002 et elle n’est toujours pas pleinement appliquée», dénonce Mme Chatelain. L’organisme souhaite la création d’une Régie de l’eau pour contrôler la vente d’eau potable.