/news/provincial
Navigation

Un coup de pouce de la Ville pour PECH

Avec la hausse des interventions l’organisme avait dû réduire ses services de 40 %

Coup d'oeil sur cet article

L’organisme PECH, qui intervient pour la prise en charge des personnes en situation de crise, pourra souffler un peu grâce à une aide supplémentaire de la Ville de Québec.

La Ville a répondu à la demande à l’aide de l’organisme Programme d’encadrement clinique et d’hébergement (PECH) en bonifiant son aide de 75 000 $ à 136 000 $. Ce sont 61 000 $ supplémentaires qui permettront à l’organisme de reprendre ses services de soir et de fin de semaine.

PECH a une entente depuis 2011 avec la Ville de Québec pour collaborer avec les services policiers et prendre en charge les personnes qui sont en crise et qui ont des problèmes de santé mentale, de déficience intellectuelle ou de toxicomanie.

Mais avec la hausse de 13 % des interventions depuis 2010, les ressources étaient à bout de souffle et il y a un an, PECH avait dû réduire ses services de 40 %. «Nous sommes vraiment contents. L’aide de la Ville nous permettra de reprendre les services 7 jours sur 7, de 8 h à minuit, alors que depuis quelques mois, nous étions ouverts seulement de 8hà 16h», s’est réjoui le directeur Benoît Côté.

Les services de PECH permettent des économies majeures, souligne-t-il, car ils coûtent parfois jusqu’à trois fois moins cher qu’une intervention régulière.La collaboration avec les policiers permet souvent d’éviter que des personnes soient judiciarisées inutilement, ajoute-t-il. «Il y a un pourcentage assez inquiétant de personnes qui ont des problèmes de santé mentale et qui sont en prison. Il y a une augmentation de 45 %.»

Service essentiel

Pour la conseillère responsable des dossiers sociaux et membre du comité exécutif Chantal Gilbert, c’est une bonne nouvelle. «On pense à la Ville que c’est un service essentiel pour la sécurité et le bien-être de tous. C’est une contribution qu’on trouve très importante.»

Il restera maintenant à évaluer si on aura besoin de plus de fonds pour mettre en place des services de nuit. «Il y a certainement des besoins pour cette plage horaire-là», indique M. Côté.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.