/opinion/columnists
Navigation

La réalité en face

Coup d'oeil sur cet article

«C’est le rêve qui nous fait avancer, mais on n’avance pas en rêvant», disait René Lévesque.

«C’est le rêve qui nous fait avancer, mais on n’avance pas en rêvant», disait René Lévesque.

En d’autres mots: le rêve doit nourrir la réalité, mais pas la remplacer. C’est bien beau rêver, mais à un moment donné, il faut ouvrir les yeux et regarder la réalité en face.

Comme le chantait Tex Lecor dans Pauvre Jeunesse, une toune grinçante que personne ne pourrait chanter aujourd’hui sans se faire lancer des tomates: «Bâtir un pays, ça se fait debout / Pas avec des fleurs et des I Love You...»

Ça prend plus que de bonnes intentions, de jolis slogans et de belles paroles pour construire une société forte...

LE TAUREAU PAR LES CORNES

Et la réalité est qu’il y a beaucoup de défis à relever, au Québec, avant de pouvoir crier victoire et se péter les bretelles.

Sommes-nous prêts?

Voulons-nous vraiment prendre le taureau par les cornes, ou préférons-nous le chant rassurant des illusions?

Pour reprendre la métaphore du film The Matrix: quelle pilule voulez-vous prendre?

Celle qui vous endort ou celle qui vous réveille?

Celle qui vous permet de faire des beaux rêves, ou celle qui vous forcera au contraire à regarder la réalité froidement, objectivement, sans sourciller?

(En passant, un petit détail rigolo: dans The Matrix, la pilule qui vous réveille est rouge; celle qui vous endort est bleue. Le film des Wachowski a-t-il été produit par le PLQ?)

Facile de dire que tous nos problèmes sont causés par les autres – c’est à la portée du premier venu, tout le monde peut faire ça.

La propension à rendre les autres responsables de nos malheurs est la chose la plus partagée au monde.

Mais c’est à la capacité d’assumer l’entière responsabilité de leurs actes qu’on reconnaît les grands...

DES CHIFFRES QUI FONT MAL

Selon la Fondation pour l’alphabétisation, au Québec, 19 % des gens sont analphabètes et 34,3 % éprouvent de grandes difficultés de lecture.

En 2012-2013, le taux de décrochage était de 18,8 % chez les garçons.

À peine 50 % des enfants québécois réussissent leur 5e secondaire dans le nombre minimal d’années.

À l’Université du Québec à Chicoutimi, seulement 40 % des futurs enseignants ont réussi l’examen de français du premier coup; 45 % à l’Université du Québec à Trois-Rivières et 47 % à l’Université du Québec à Rimouski.

Le quart des élèves du secteur public échouent à l’examen d’histoire du 4e secondaire.

Le 31 mars dernier, 20 000 Québécois étaient en attente d’une chirurgie depuis plus de six mois.

La durée de séjour dans les urgences au Québec est de 16 heures 42 minutes, soit 42 minutes de plus qu’il y a 10 ans.

Le Québec est la province la plus endettée au Canada. Cette année, nous débourserons 11 milliards de dollars juste pour payer les intérêts de la dette! Ce sont 11 milliards que nous ne pourrons investir ni en santé ni en éducation, mais qui iront directement aux banques.

POINT DE DÉPART

Je sais, je devrais être plus jovial, en ce jour de la Saint-Jean.

Mais si on veut amener le Québec plus haut et plus loin, encore faut-il savoir d’où on part...