/finance/business
Navigation

Chantier de condos paralysé à Québec

Constructions Urbi dans l’obligation de tout arrêter

Quebec
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc Le projet Plateau Bourg-Royal bat de l’aile depuis qu’un différend a éclaté entre le promoteur et le prêteur. 

Coup d'oeil sur cet article

Le projet Plateau Bourg-Royal de 32 condominiums à Québec est sur la glace, le temps que Constructions Urbi s’entende avec son prêteur, le fonds Azur Capital.

«Ils ont décaissé pour le terrain. On a monté la bâtisse jusqu’au toit et ensuite ils n’ont pas voulu faire les autres déboursés», a expliqué Denis Morin, président de Constructions Urbi.

Selon lui, les nouveaux administrateurs du fonds Azur Capital contestent les ventes de condos effectuées par Constructions Urbi à ses fournisseurs.

Pour faire affaire avec le promoteur, les fournisseurs devaient acheter, par acte notarié, une unité de condo qu’ils étaient libres d’occuper, de revendre ou de louer après la construction du projet. Dix-huit condos ont ainsi été vendus sur un total de 32.

«Que ce soit Paul ou Jacques qui l’habite, ça change quoi dans la vie? Ils disent que ça ne marche pas de même et c’est là que la guerre a commencé», a expliqué M. Morin.

Projet de 7 M$

Le chantier de ce projet de 7 millions $, situé sur la rue Astrid, dans le secteur de Charlesbourg, est paralysé depuis environ trois semaines.

«Tout le monde était d’accord avec ça. C’est pour ça qu’on a pu décoller le projet. Le prêteur était avisé.»

Afin de récupérer son investissement, Azur Capital a déposé vendredi une requête en nomination d’un séquestre qui devrait être entendue le 6 juillet prochain.

En plus de la procédure entreprise par le prêteur, une dizaine de fournisseurs de Constructions Urbi ont enregistré une hypothèque légale parce qu’ils n’ont pas été payés.

Dette

C’est à la suggestion même du promoteur immobilier que les fournisseurs auraient choisi de procéder de cette manière pour récupérer leur dû.

«On n’a pas le choix. Il faut trouver un terrain d’entente. La bâtisse ne peut pas rester comme ça», a poursuivi M. Morin.

Construction Urbi doit 1,4 million $ à ses créanciers. Le président du fonds Azur Capital, Dominici Lemmo, n’a pas voulu commenter.