/finance
Navigation

L'AMF poursuit l'ancien patron d'Hexagone

L'AMF poursuit l'ancien patron d'Hexagone
PIERRE-PAUL POULIN/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL |  Joël Gauthier, ancien investisseur et dirigeant du groupe Hexagone qui œuvre dans le domaine de la construction, est accusé par l'Autorité des marchés financiers (AMF) d'avoir effectué de fausses déclarations.

L'AMF a annoncé lundi avoir lancé une poursuite pénale contre M. Gauthier, qui a quitté l'actionnariat d'Hexagone en juin 2014.

Il est accusé d'avoir fait une déclaration fausse ou trompeuse dans le cadre d'une demande d'autorisation en 2013. Les autorisations de l'AMF sont obligatoires pour participer aux appels d'offres sur les contrats publics.

S'il était déclaré coupable, M. Gauthier pourrait être condamné à une amende minimale de 5000 $. Il a quitté la direction et l'actionnariat alors qu'il faisait l'objet d'une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC). Il était soupçonné d'avoir eu recours à des prête-noms.

M. Gauthier est aussi un ancien directeur général du Parti libéral du Québec et ancien PDG de l'Agence métropolitaine de transport dans la région de Montréal.

Hexagone est l'entreprise qui a émergé de la vente des sociétés appartenant à Tony Accurso. Cet homme d'affaires a été arrêté par l'UPAC lors du démantèlement d'un réseau de partage de contrats municipaux.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.