/lifestyle/techno
Navigation

Du solide!

Coup d'oeil sur cet article

Batman Arkham Knight propose une aventure riche. Notre principal antagoniste est Scarecrow (l’Épouvantail) et ses poudres hallucinogènes. Opposé à ses sbires habituels, Batman possède une panoplie de gadgets haute technologie délicieuse, dont la fameuse Batmobile!

Le bolide aux configurations multiples se pilote bien, mais on se sent forcé de l’utiliser. Parfois, on se demande pourquoi on nous oblige à nous en servir. Dans certaines situations, il aurait été plus facile et rapide de grimper aux édifices et de planer pour atteindre notre destination. Ses contrôles ressemblent à ceux des «Ghosts» dans Halo. À la façon d’un aéroglisseur, l’engin se ­déplace de gauche à droite en flottant sur le sol. Au début, c’est étrange, mais on s’y habitue.

Arkham Knight est bien fait. J’avais reproché au dernier opus l’absence de citoyens dans la grande métropole de Bruce Wayne. Dans Arkham Knight, on a réglé le problème: tout le monde est évacué en bus «pour assurer la sécurité des citoyens». Un raccourci simple et plausible!

Le scénario plaira aux amateurs de la licence. À mon humble avis, c’est le meilleur de la série. Cependant, j’aurais aimé des personnages féminins plus forts. Les femmes semblent confinées aux rôles de victimes. Poison Ivy se laisse capturer aisément en début de partie. Je m’attendais à une confrontation sans merci m’opposant à ses plantes carnivores, mais non. S’agit-il d’un subterfuge?

Le système de combat demeure semblable aux itérations précédentes, mais on sent une amélioration de la fluidité des mouvements. Les bagarres sont brutales et sortir intact d’une échauffourée contre six ou sept bandits nous confère un sentiment de force et de devoir accompli.

Souci du détail

La grande beauté des images surprend. L’eau qui ruisselle sur l’armure de Batman ou sur notre bolide témoigne d’un méticuleux souci du détail et de la puissance des consoles récentes. J’ai adoré la façon d’intégrer les tutoriels quand vient le moment de mettre en pratique une nouvelle habileté. Nous pouvons prendre ­notre temps afin de bien la maîtriser. Chaque défi réussi procure des points d’amélioration. En les attribuant adéquatement, ils développent différents aspects de notre vie de superhéros. C’est bien fait et, surtout, amusant.

Les nombreuses énigmes du Riddler (Sphinx) nous offrent de déroger de la quête principale. Variées, ces dernières vont de la simple devinette aux défis plus corsés en voiture sur des circuits truffés de pièges et d’embuches. Il y en a beaucoup.

Batman est le plus grand détective. Sa vision spéciale lui permet de voir des indices cachés et de résoudre des portions d’enquêtes. Présentes dans les opus précédents, les portions «enquêtes» viennent briser le rythme de façon adéquate.

Non, Arkham Knight n’est pas parfait, mais ce qu’il fait, il le fait bien! Je le recommande sans ­hésiter.


♦ Ce jeu a été testé sur PS4

 

Batman Arkham Knight

Photo courtoisie

Développeurs: Rocksteady Studios

Genre: Action-aventure, monde ouvert

Plates-formes: PS4, Xbox One et PC

Cote du Grand Talbot: 8,5/10