/lifestyle/books
Navigation

Un roman qui a du chien

Un roman qui a du chien
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Difficile d’imaginer meilleur roman pour entamer les vacances : en mettant en scène un chien incroyablement attachant, l’écrivain français Didier van Cauwelaert nous tient en laisse du début à la fin.

Même si on n’a jamais vraiment aimé les chiens, impossible de ne pas craquer pour Jules, le labrador qui s’est taillé une niche de choix dans le 31e roman de Didier van Cauwelaert. Loin d’être un toutou comme les autres, Jules a en effet été dressé spécialement pour faciliter les déplacements et le quotidien de sa jolie maîtresse Alice, une speakerine sur RTL qui a perdu la vue à l’âge de 17 ans dans des circonstances assez horribles.

«Les chiens guides sont l’une des mes plus vieilles passions», précise Didier van Cauwelaert, qu’on a joint chez lui, dans la forêt de Rambouillet. «Quand j’étais jeune, mon père écrivait des pièces pour le Lion’s Club Beaulieu-Villefranche-sur-Mer destinées à financer la formation des chiens d’aveugle, et il me donnait de petits rôles dedans. Ça m’a permis de découvrir ces formidables binômes, qui doivent constamment calculer le gabarit de leurs maîtres pour franchir les obstacles ou prendre toutes sortes de décisions à leur place, et ce rapport d’amour et d’empathie m’a rapidement fasciné.»

Jules est donc une histoire que Didier van Cauwelaert portait en lui depuis fort longtemps, et s’il n’avait pas revu par hasard l’an dernier une journaliste non voyante (et son fidèle acolyte Pongo), on aurait sans doute dû attendre encore plusieurs années avant de pouvoir dévorer d’un trait ce délicieux roman. «Parfois, la vie se charge de nous envoyer des signes, comme des piqûres de rappel», renchérit l’auteur d’Un aller simple (prix Goncourt 1994), de L’Évangile de Jimmy ou de Double identité. «Alors quand j’ai recroisé cette amie, je me suis dit que le moment était venu d’écrire ce livre.»

Avec les yeux du cœur

Dès les premières pages, on s’attachera d’abord très vite à Zibal de Frèges, un brillant scientifique bardé de diplômes qui a réellement eu une vie de chien: après avoir été abandonné à Damas au fond d’une poubelle, il est adopté par une mère qui s’est inspirée de son tragique passé pour pondre un bestseller dont le héros sera, hélas, nettement plus avenant que le modèle d’origine, et son ex-femme gagne désormais des millions grâce au procédé de dépollution qu’il a inventé. Résultat? À 42 ans, Zibal en est réduit à promouvoir les saveurs vedettes des macarons Ladurée dans un stand de l’aéroport Paris-Orly.

«Ce qui m’intéresse, c’est l’humour décalé sur une base réaliste, explique Didier van Cauwelaert. Parce que si le parcours de Zibal est exceptionnel et qu’un inventeur­­ aussi imaginatif que lui peut apporter énor­mément à la société, tout le monde peut s’identifier à cet homme rejeté, trahi et presque invisible. On achète des macarons et on repart, sans chercher à savoir qui il y a sous le calot vert...»

Jules, Didier van Cauwelaert, 
aux  Éditions Albin Michel, 
278 pages
Photo courtoisie
Jules, Didier van Cauwelaert, aux Éditions Albin Michel, 278 pages

La terne existence de Zibal changera cependant du tout au tout le jour où il rencontrera Alice, qui s’apprête à prendre le prochain vol vers Nice afin d’y subir une greffe de la cornée susceptible de lui rendre la vue. Zibal tombera éperdument amoureux d’elle au premier regard, et en intervenant à temps pour éviter que Jules voyage dans la soute à bagages, il se fera sans le savoir en un clin d’œil le meilleur des alliés. Car dès qu’Alice n’aura plus besoin de chien guide (son opération a fonctionné à merveille!), c’est à lui que Jules demandera de l’aide.

«Le lien qui se crée entre un chien guide et son maître est extrêmement fort, et je me suis demandé ce qui arrivait quand il se cassait, poursuit Didier van Cauwelaert. Ça a été le déclic.»

L’essayer, c’est l’adopter!

Constamment brutalisé par son nouveau maître, un vieux colonel ronchon essentiellement aveuglé par la haine, Jules finira par prendre ses pattes à son cou dans l’espoir de retrouver au plus vite la douce Alice.

Mais la speakerine ayant quitté Paris pour noyer sur les plages de Basse-Normandie la peine liée à leur séparation, Jules se souviendra du vendeur de macarons qui, deux semaines plus tôt, a réussi à les rendre l’un à l’autre. Du coup, il filera ventre à terre vers l’aéroport et ce faisant, Zibal perdra tout ce qui lui reste: son boulot, sa bagnole, son logement et sa tranquillité.

En s’apprivoisant coûte que coûte, ce fantasque tandem se donnera néanmoins un mal de chien pour retrouver Alice et le surprenant dénouement qu’il nous réserve justifie à lui seul la lecture de cette histoire souvent poilante.