/travel
Navigation

Marché gourmand à Sarlat, Périgord

Coup d'oeil sur cet article

SARLAT, Dordogne (France) | Le plus formidable des marchés gourmands qu’est celui de Sarlat dresse ses étals, deux matinées par semaine, sur la superbe place de la Liberté qu’encadrent les hôtels particuliers et les maisons bourgeoises vieilles de plusieurs siècles.

Toutes les saveurs du Périgord se retrouvent sur ce marché, offertes principalement par les producteurs eux-mêmes. Dans ce terroir exceptionnel, fait de traditions et d’authenticité, se trouvent en effet concentrées les spécialités comme le foie gras et le magret de canard ou d’oie, les truffes, l’huile de noix et les vins, que l’on associe à la finesse, voire le luxe.

Ce samedi-là, c’était jour de marché et j’avais rendez-vous avec Katia pour une visite de la ville. Je ne pouvais pas trouver meilleur guide car, résidante de la petite cité, elle en est aussi une ambassadrice en tant que porte-parole de l’office de tourisme local.

À Sarlat, Katia connaît (presque) tout le monde et est connue de la plupart, les producteurs, marchands, cafetiers et restaurateurs, comme bien des habitués. Difficile dans cette situation de simplement traverser la place. Nous avons d’abord salué des fournisseurs réguliers auprès desquels Katia en a profité pour réserver pour elle-même, ici des fraises, là des légumes ou encore des magrets de canard.

Pour comprendre l’architecture et l’histoire de Sarlat, nous avons pris de la hauteur en empruntant l’ascenseur panoramique installé dans ce qui fut le clocher de l’ancienne église Sainte-Marie.

Dotée d’une paroi transparente, la plateforme permet, une fois le sommet atteint, de découvrir l’ensemble de la ville dont les constructions se distinguent par leur toiture faite de lauzes, des pierres plates ajustées à la perfection. C’est au célèbre architecte Jean Nouvel, un enfant du pays, que l’on doit cette réalisation, tout comme la monumentale porte d’acier qui ferme l’édifice.

L’église, qui a connu toutes sortes de vocations depuis la Révolution française, est à présent convertie en marché couvert. Neuf étals permanents y présentent des saveurs périgourdines originales.

La route des pèlerins

Située sur l’itinéraire reliant Rocamadour à Saint-Jacques-de-Compostelle, deux hauts lieux de pèlerinage, Sarlat constituait jadis une étape incontournable, d’autant plus qu’une abbaye dotée de reliques y était établie. La cité a pris donc de l’ampleur à mesure que le commerce, favorisé par le passage des pèlerins, prenait de l’essor.

Les façades des demeures nobles, qui se devaient d’être dotées d’une tour, et les maisons bourgeoises témoignent de ces siècles qui ont représenté un âge d’or pour la ville. L’intervention d’André Malraux, ministre de la Culture dans les années 1960, a fait en sorte que ces immeubles soient non seulement sauvés de la ruine mais restaurés. Cela a eu pour effet de permettre à la ville de connaître, depuis, une nouvelle ère de prospérité grâce aux flux de touristes.

Au fil de notre balade à travers les étals, ce jour-là, j’ai tour à tour dégusté du foie gras de canard produit dans une ferme des environs, du cabécou, le fameux fromage de chèvre périgourdin, de la truffe d’été, des fraises, etc.

On peut imaginer ce que peuvent être des agapes comme, en mars, le banquet de Sarlat Fest’oie, avec 15 plats autour de l’oie, ou encore, en janvier, la Fête de la Truffe, avec un menu préparé par des grands chefs.

Puis, en compagnie de Katia, je me suis retrouvé à la terrasse d’un café situé sur la place, dont la vitrine est ornée d’un drapeau du Québec (allez leur demander pourquoi...), à discuter avec plusieurs de ses amis qui ne manquaient pas de venir vers nous.

Quelle journée exceptionnelle!

REPÈRES

♦ Air Transat assure en saison printemps-été-automne des vols directs vers Bordeaux au départ de Montréal.

♦ Sarlat, magnifique ville d’art et d’histoire, se situe à environ 200 km de Bordeaux.

♦ Le marché de Sarlat a lieu chaque mercredi et samedi matin. En hiver, le samedi s’y tient le marché au gras (canards et oies). Et en décembre, janvier et février, le marché aux truffes.

♦ Le Périgord, territoire correspondant au département de la Dordogne, se décline en 4 couleurs, noir au sud-est (le chêne vert), pourpre au sud-ouest (la vigne), blanc au centre (la roche calcaire) et vert au nord (prairies et châtaigniers).

♦ Location d’auto: Enterprise (EurocarTT à Montréal) : www.eurocartt.com

♦ Un hôtel de charme: à Carsac-Aillac, près de Sarlat, La Villa romaine (https://lavillaromaine.com/fr
)