/entertainment/comedy
Navigation

La vie de Donel Jack’sman

Donel Jack’sman rêvait de faire carrière au basket-ball, mais il a dû se tourner vers l’humour, car il n’était pas assez grand!
Photo courtoisie Donel Jack’sman rêvait de faire carrière au basket-ball, mais il a dû se tourner vers l’humour, car il n’était pas assez grand!

Coup d'oeil sur cet article

C’est déjà un troisième passage à Juste pour rire qu’effectue l’humoriste français d’origine camerounaise Donel Jack’sman. Le comique qui avait déjà présenté l’an dernier un spectacle où il observait la société est de retour avec un spectacle simplement intitulé Donel Jack’sman.

«Je me livre un peu plus, je parle de choses intimes comme mon rapport à l’amour, de ma mère et de sa maladie», a-t-il confié à 24h.

Âgé de 33 ans, Donel est originaire de Villiers-le-Bel, en France. Avec son premier spectacle, J’raconte ma life, en 2007, il avait rapidement été repéré par l’équipe de Juste pour rire, qui l’avait admis dans son écurie comme jeune talent. Dans les années qui ont suivi, il a participé à plusieurs festivals en France et à l’étranger, comme au Maroc, au Sénégal, en Suisse et en Belgique.

« Les Québécois connaissent le stand-up »

Appréciant beaucoup le public québécois, Donel Jack’sman s’est fait très élogieux lorsqu’il a été interrogé par 24h. «C’est un entre-deux entre la folie des Américains et le pragmatisme des Français. C’est vraiment un très bon mix! À la différence du public français, les Québécois connaissent le stand-up et aiment ce genre. En France, comme on vient d’une culture plus théâtrale, il faut encore le défendre et se battre.»

Avant sa venue à Montréal, l’humoriste prévoyait adapter du matériel de son spectacle afin d’offrir une quinzaine de minutes originales pour le public québécois.

Alors qu’il connaît un joli succès en humour, Donel Jack’sman rêvait de faire carrière au basket-ball. Mais comme il n’était pas assez grand, il a dû revoir ses plans. Il ne s’est pas trompé!

Donel Jack’sman se produit tous les soirs jusqu’à jeudi, à 20h30, à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts.