/news
Navigation

15 photos à ne pas manquer aux Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie

Coup d'oeil sur cet article

NEW RICHMOND – Treize municipalités gaspésiennes accueillent jusqu’à la fin septembre la 6e édition des Rencontres internationales de la photographie. Une trentaine d’artistes du Québec, de la France, de la Pologne, du Royaume-Uni et de l’Italie proposent leurs œuvres sur 21 sites.

Les photos peuvent être observées à Cap-Chat, Marsoui, Petite-Vallée, Gaspé, Percé, Chandler, Paspébiac, Bonaventure, New Richmond, Maria, Carleton-sur-Mer, Nouvelle et Matapédia.

Par ailleurs, les photographes effectueront une tournée de la région dans le cadre de rencontres publiques, du 20 au 23 août prochain.

Voici 15 photos à ne pas manquer dans le cadre de ces rencontres.

Jessica Auer (Montréal, Québec)
Photo courtoisie

Jessica Auer (Montréal, Québec) présente l’exposition Saga Lands au parc Forillon. Tout comme le terme « saga » fait référence à l’histoire et au récit, Saga Lands (Terres de sagas) révèle le potentiel documentaire et narratif de la photographie du paysage.

Elena Perlino (Turin, Italie)
Photo courtoisie

Le reportage photographique Pipeline, d'Elena Perlino (Turin, Italie), est installé à New Richmond. Il témoigne des multiples raisons de la migration de femmes africaines en Italie, où une vaste industrie du sexe s’est développée. L'artiste se penche plus particulièrement sur la vie quotidienne des femmes nigérianes à Turin, Gênes, Rome, Naples et Palerme.

Yoanis Menge (Îles-de-la-Madeleine, Québec)
Photo courtoisie

Tableaux de chasse, de Yoanis Menge (Îles-de-la-Madeleine, Québec), offre à Paspébiac un corpus photographique sur la chasse aux phoques. Son projet vise à la fois à documenter la nature même de cette activité traditionnelle, ancrée dans l’histoire des communautés maritimes et celles du nord du Canada, et à y réfléchir.

Lais Pontes (Londres, Royaume-Uni)
Photo courtoisie

Lais Pontes (Londres, Royaume-Uni) propose à Marsoui le projet Born Nowhere (Née nulle part). Cette série d’autoportraits modifiés au moyen de la technologie numérique transforment les traits de son visage en vue de créer différentes personnalités féminines affichées sur Facebook. Les utilisateurs sont ensuite invités à commenter et à interpréter ces portraits, donnant lieu à un dialogue.

Sylvia Safdie (Montréal, Québec)
Photo courtoisie

Sylvia Safdie (Montréal, Québec) présente l’installation photo et vidéo Amzrou / Morocco à Carleton-sur-Mer. Cette série marocaine s’intéresse aux Berbères juifs du sud du Maroc, qui y ont vécu plus de 2500 ans. L’œuvre est une évocation poétique d’un lieu et témoigne de la dispersion d’une société de son lieu d’origine.

Bertrand Carrière (Longueuil, Québec)
Photo courtoisie

Bertrand Carrière (Longueuil, Québec) propose Quelque part... au centre à Gaspé, dans laquelle il présente le résultat de sa résidence d’artiste en Loir-et-Cher (France) en juillet et septembre 2014 dans le cadre de la collaboration internationale « Un pont sur l’Atlantique » entre les Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie et les Promenades photographiques de Vendôme 2014. Il cherche à donner la parole aux choses muettes.

Caroline Hayeur (Montréal, Québec)
Photo courtoisie

Caroline Hayeur (Montréal, Québec) présente à Maria la série ADOLAND. Réalisée entre 2011 et 2014, elle prend pour théâtre d’opérations la chambre d’adolescents qui lui ouvrent la porte de leur antre. Elle a complété sa série en juin en Gaspésie lors d’une résidence de création où elle a pu photographier des adolescents de la région.

Dina Goldstein (Vancouver, C.-B.)
Photo courtoisie

Dina Goldstein (Vancouver, C.-B.) présente la série Fallen Princesses à Nouvelle et à Miguasha, dans laquelle elle porte un regard ironique sur les contes pour enfants, les contes de fées de Grimm à Walt Disney. En insérant des personnages emblématiques comme Le Petit Chaperon rouge ou Blanche-Neige dans des contextes modernes, l’œuvre devient un commentaire sur les fléaux quotidiens comme la pauvreté, l’obésité et le cancer et la pollution.

Bogdan Konopka (Paris, France)
Photo courtoisie

Bogdan Konopka (Paris, France) offre le résultat d’une résidence de création réalisée en septembre 2014 sur le territoire gaspésien dans l’exposition Infiniment grand... infiniment petit à Carleton-sur-Mer, dans laquelle il pose un regard singulier et poétique sur la région.

Charles-Frédéric Ouellet (Québec, Québec)
Photo courtoisie

Dans Le Naufrage, présentée à Petite-Vallée, Charles-Frédéric Ouellet (Québec, Québec) nous plonge dans la vie quotidienne des hommes de la mer qui travaillent le long des côtes du fleuve Saint-Laurent. Les photographies abordent l’équilibre fragile qui existe entre l’humain et son environnement.

Alain Paiement (Montréal, Québec)
Photo coutoisie

Irréversibles, d’Alain Paiement (Montréal, Québec), propose à Paspébiac une installation composée de trois pièces vidéographiques, soit Sémaphore asynchrone (2014), Dérive (2012) et Lunes asynchrones (2012), ainsi que de la photographie Start-End-Here (2012), des icônes emblématiques du changement climatique que subit actuellement la planète.

Anita Andrzejewska (Cracovie, Pologne)
Photo courtoisie

Anita Andrzejewska (Cracovie, Pologne) offre à Percé l’exposition The Wink of an Eye, dans laquelle elle contemple ce qui l’entoure, s’imprègne de la réalité et « s’oublie » en tant qu’observatrice.

Benoit Aquin (Montréal, Québec)
Photo courtoisie

Benoit Aquin (Montréal, Québec) propose à Bonaventure L’agriculture au Québec : un photo-roman d’anticipation, en exposition de photos prises sur le territoire québécois qu’il complètera avec des prises de vue en juillet sur le territoire gaspésien. Il souhaite que, dans le contexte de libération des échanges en agriculture, ses photos deviennent un outil de conscientisation face à ces enjeux.

Judith Bellavance (Montréal, Québec)
Photo courtoisie

Judith Bellavance (Montréal, Québec) présente à Cap-Chat Des nouvelles de Hope et autres microfictions.

Stéphane Dionne (Montréal, Québec)

Stéphane Dionne (Montréal, Québec) propose à la plage municipale de Carleton-sur-Mer l’installation Malle-cabine, composée d’une projection vidéo divisée en quadrilatères et présentée dans un conteneur où chaque séquence met en scène différentes vues en plongée de personnes en action, filmées individuellement, dans un espace peint de noir.