/entertainment/stage
Navigation

Chasser l’ennui

La pièce Straight souhaite déstabiliser le public de Zoofest

Straight Zoofest
Photo courtoisie La pièce Straight est une adaptation du film américain indépendant, Humpday, sorti en 2009.

Coup d'oeil sur cet article

Deux vieux chums, un pari stupide, une chambre d’hôtel. Que peut-il arriver? C’est la prémisse de Straight. Le Journal a posé quelques questions au metteur en scène, Jean-Simon Traversy.

Comment décris-tu le ­spectacle Straight?

Deux gars hétéros qui, pour se secouer, acceptent de faire quelque chose qu’ils ne feraient jamais normalement. Straight, c’est une comédie qui va très (trop?) loin.

D’où as-tu entendu parler de la pièce originale?

J’ai eu la chance de voir la pièce lors de sa création à Londres. Je me souviens avoir beaucoup ri. Les situations sont surprenantes. Tu ne crois pas que les personnages vont aller aussi loin. Et ils y vont. Les répliques étaient aussi hilarantes. Je me suis dit: il faut qu’on présente ça ici.

Straight se veut une adaptation du film Humpday, sorti en 2009. L’avais-tu vu avant de voir la pièce?

Non, c’est en relisant la pièce que j’ai réalisé que c’était adapté du film Humpday. Je l’ai regardé et j’ai beaucoup aimé la relation très gars-gars des deux amis. Dans la version théâtrale de DC Moore, on peut croire qu’un des deux personnages a toujours eu un crush sur son ami. Alors que dans le film, l’escalade se crée par orgueil. Cet aspect-là m’intéressait beaucoup. Guillaume ­Tellier (traducteur-adaptateur) a donc, très habilement, ajouté des segments du film à la pièce. Ça rend notre production de Straight unique.

Qu’as-tu pensé du message qui ressort de cette histoire?

Le message de la pièce me touche beaucoup. Ce moment où l’on remet en question les acquis autour de nous, les choses qu’on a bâties. On a tous vécu ça, à des degrés différents. C’est facile de tout balayer et de recommencer à neuf. C’est plus difficile d’analyser sa situation et de réparer le bout brisé.

À qui s’adresse ce spectacle?

Le spectacle s’adresse surtout aux trentenaires. Je viens d’avoir 30 ans. Juste d’écrire ça, plein de questions existentielles se bousculent dans ma tête. Mais plus largement, le spectacle s’adresse à des gens qui ont envie de rire, de se ­déstabiliser et de se faire ­raconter une bonne histoire. En couple, ça suscite aussi de très belles discussions.

La pièce Straight est présentée les 15-17-18-19-26-28 juillet, au théâtre La Chapelle. Pour les ­détails: zoofest.com