/news/politics
Navigation

Une vue aérienne pour le consulat de France à Québec

DM quebec aerien-85
Photo Le Journal de Québec, Daniel Mallard Les 22 employés et les visiteurs bénéficieront d’une vue à 360 degrés qui permet d’admirer le fleuve Saint-Laurent, le Vieux-Québec et même le Centre Vidéotron.

Coup d'oeil sur cet article

Aux antipodes de son vieux siège de la Maison Kent, le consulat général de France à Québec emménagera bientôt dans des locaux modernes qui offrent une vue aérienne imprenable sur la ville.

Le 11e et dernier étage du 500, Grande Allée Est sera donc occupé par le consulat. Le déménagement au nouveau local doit se faire d’ici le mois d’octobre si les travaux se déroulent rondement. Les 22 employés et les visiteurs bénéficieront d’une vue à 360 degrés qui permet d’admirer le fleuve Saint-Laurent, le Vieux-Québec et même le Centre Vidéotron.

Le loyer mensuel sera de près de 15 000 $ pour un bail de 20 ans. «Ça équivaut à nos charges actuelles. On est à coût constant», a expliqué le consul adjoint, Yann Deret, mardi matin, lors d’une visite de presse des lieux. Les futurs locaux sont d’une superficie de 450 mètres carrés, soit un peu moins que les installations actuelles.

«C’est le consulat du 21e siècle», nous a récemment indiqué Nicolas Chibaeff, consul général de France à Québec. Les nouveaux locaux ne ressembleront en rien aux anciens «pittoresques, mais pas très fonctionnels», avait-il soutenu.

Victime il y a quelques semaines d’un ACV, M. Chibaeff n’était pas présent à la visite matinale. Encore convalescent, il a par contre assisté, en fauteuil roulant, en soirée, à la réception et au bal du 14 juillet. L’événement a affiché complet. Les 600 billets mis en vente ont tous trouvé preneur. Comme le rapportait Le Journal, c’était la première fois que la traditionnelle réception française du 14 juillet était ouverte au public.

Transformation de la Maison Kent

Inadaptée aux besoins diplomatiques français, la Maison Kent, siège actuel du consulat, a été récemment vendue pour 2,75 millions $.

Gilbert Trudeau, un homme d’affaires beauceron et un des acheteurs de cet édifice patrimonial du Vieux-Québec, a indiqué au Journal qu’un commerce – qui pourrait être un restaurant – sera aménagé au premier étage. Une dizaine de condos de luxe devraient également y voir le jour. «On veut conserver le cachet historique de l’endroit, a-t-il insisté. Nous sommes en discussions avec la Ville de Québec pour voir ce que le zonage permet.»