/misc
Navigation

Attentes élevées pour le Canada

Attentes élevées pour le Canada
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

À un an des Jeux olympiques de Rio, les équipes canadiennes féminine et masculine de basketball ont un été des plus chargés. Et ça se poursuit avec leur participation aux Jeux panaméricains.

À un an des Jeux olympiques de Rio, les équipes canadiennes féminine et masculine de basketball ont un été des plus chargés. Et ça se poursuit avec leur participation aux Jeux panaméricains.

Les tournois de basketball féminin (16 au 20 juillet) et masculin (21 au 25 juillet) des Jeux panaméricains sont chacun composés de huit équipes divisées en deux sections de quatre clubs.

Au terme d’une ronde préliminaire de trois parties, les deux meilleures formations de chacune des sections s’affronteront en demi-finale. Puis, les vainqueurs passeront en finale pour tenter de remporter la médaille d’or.

Un tournoi exigeant

Après un camp d’entraînement d’un mois qui a mené les Canadiennes à disputer six matchs en Europe ce printemps, l’équipe nationale féminine a passé les deux dernières semaines à Edmonton pour poursuivre sa préparation.

Les athlètes arrivent donc fin prêtes à Toronto où elles disputeront cinq matchs en cinq soirs si elles espèrent remporter les grands honneurs.

«Ce genre d’horaire favorise les équipes avec beaucoup de profondeur et je crois que ça va être un avantage pour nous. C’est la deuxième phase de notre programme estival et nos filles sont en excellente condition physique», d’expliquer Lisa Thomaidis, l’entraîneur-chef de l’équipe féminine canadienne.

En tant que pays hôte, le Canada a pu choisir la section dans laquelle il voulait jouer. Et Coach Thomaidis a préféré le groupe B afin d’affronter Cuba, l’Argentine et le Venezuela lors de la ronde préliminaire.

Le groupe A est constitué de la République dominicaine, du Brésil, des États-Unis et de Porto Rico, champion en titre.

Rare présence à domicile

Forte de sa cinquième place aux Mondiaux l’an dernier, l’équipe canadienne est une formation expérimentée. Sept de ses 12 joueuses ont représenté le pays aux JO de Londres en 2012 alors qu’elles ont épaté la galerie avec le huitième rang.

Malgré toute cette expérience, les athlètes canadiennes auront une fébrilité additionnelle lors du tournoi puisqu’il a lieu en sol canadien.

«La majorité des filles n’ont jamais joué au Canada dans une compétition d’aussi grande envergure. On a vraiment la chance de montrer à notre public que le basket féminin canadien fait désormais partie de l’élite mondiale», a confié Lizanne Murphy, l’une des deux Québécoises avec Nirra Fields au sein de l’équipe.

Sans Wiggins et cie

Du côté masculin, l’équipe canadienne ne sera pas à son meilleur lors des Jeux panaméricains. Ses plus talentueux éléments – Andrew Wiggins, Tristan Thompson, Kelly Olynyk et Corey Joseph – n’ont pas reçu la permission de la NBA de participer à cette compétition, considérée moins importante que le tournoi de qualifications des Amériques pour les JO de 2016 qui aura lieu à la fin de l’été au Mexique.

D’autres athlètes canadiens - Dwight Powell et Brady Heslip - sont également en action dans les Ligues estivales de la NBA. La situation sera toutefois similaire pour la majorité des équipes participantes qui seront amputées de leurs meilleurs joueurs de la NBA.

Le Canada sera donc représenté par une jeune équipe menée notamment par Anthony Bennett, premier choix au repêchage de la NBA en 2013.

«J’ai beaucoup confiance en Anthony Bennett. Il n’a pas eu de veine depuis le début de sa carrière professionnelle, mais aux PanAm, dans sa ville natale, je crois qu’il va démontrer tout son talent. Il sera notre leader», a affirmé l’entraîneur-chef, Jay Triano.