/entertainment/music
Navigation

Un chasseur de vedette professionnel

Louis Théberge
Photo Pierre-Olivier Fortin Louis Théberge

Coup d'oeil sur cet article

On pourrait qualifier de Louis Théberge, de La Pocatière, de chasseur de vedettes professionnel. «J’ai une bonne moyenne, dit-il, à peu près 9,5 sur 10!»

Et, fidèle au poste, M. Théberge a fait la route jusqu’à Québec dans l’espoir de rencontrer Mick Jagger et les Rolling Stones. Le Journal l’a rencontré en faisant le pied de grue à l’aéroport de Québec.

Mais — rappelons qu’il s’agit d’un vrai pro —, ce ne serait pas une première pour lui, en tout cas en ce qui concerne les membres du groupe. Lors de leur passage à Montréal en 2013, il a obtenu quelques autographes de la part des musiciens. Son espoir, mercredi, est de faire signer la même affiche par M. Jagger, lui-même, en personne.

Les murs chez lui sont remplis d’objets de collection signés par des vedettes : Johnny Hallyday («trois fois la même année!»), Céline Dion, Charles Aznavour, Priscilla Presley, Paul McCartney... Lors du dernier passage de l’ex-Beatles, il a été le seul fan à parvenir à lui arracher une signature. Il a dormi dans son auto la veille, il a même couru après son cortège!

Il en garde d’ailleurs un excellent souvenir. «C’est une légende, il a marqué notre jeunesse! C’est un dieu»!

Sa passion s’étend aussi au domaine sportif. Il s’est procuré un vieux giclé à l’effigie des six équipes fondatrices de la Ligue nationale de hockey, qu’il a entrepris de faire signer par un joueur de chacune de ces équipes. Il a dû voyager jusqu’à Toronto, mais il y est parvenu! Il les signature de Gordie Howe, de Jean Béliveau, de Bobby Orr...

Il a commencé sa collection sur Internet, mais il préfère les rencontres en personne. «Quand tu rencontres un artistes qui signe pour toi, c’est de l’adrénaline, t’es sur le high pendant trois, quatre jours!»