/travel
Navigation

À vélo au sommet des volcans d’Auvergne

Coup d'oeil sur cet article

CLERMONT-FERRAND, France | Au centre de la France et du Massif central, l’Auvergne est une destination encore peu connue des touristes québécois. Cette étonnante région montagneuse, que l’on peut explorer à vélo, est ponctuée d’une centaine de volcans en état d’hibernation.

Il n’est pas exclu d’assister à leur réveil un jour dans certaines zones. Mais ce n’est pas demain la veille.

Le Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne est l’un des plus vastes et des plus anciens du continent. C’est une région idéale pour combiner cyclisme, randonnée et autres activités de plein air.

Le parc propose un circuit unique en Europe qui emprunte plusieurs cols entrecoupés de profondes vallées et surmontés de reliefs volcaniques. Il traverse des paysages impressionnants avec, en arrière-plan, de magnifiques pâturages.

Deux des plus célèbres volcans endormis depuis quelques millénaires sont le Puy de Dôme, qui offre à 1465 mètres d’altitude une vue imprenable sur la chaîne des Puys avec ses 80 dômes et cratères, et le Puy Mary, qui impose à 1787 mètres sa forme toute particulière au cœur des nombreuses montagnes du Cantal.

Les routes peu fréquentées sont propices aux belles balades à vélo. Vous pouvez ainsi parcourir la Grande Traversée des volcans, longue de 200 kilomètres avec ses cols mythiques dans des panoramas grandioses. Cyclotouristes, adeptes du VTT, amoureux de la balade ou sportifs accomplis y trouvent un terrain idéal.

Du sud au nord

Sans être une épreuve cyclosportive, le périple que nous avons parcouru pendant une semaine, de Boisset au sud de l’Auvergne au point d’arrivée à Clermont-Ferrand, n’est pas non plus une promenade du dimanche.

Une bonne «mise en jambes» est fortement recommandée pour tout cyclotouriste désireux d’apprécier cette sortie hors des routes des vacances traditionnelles. Elle combine kilométrages, montées parfois abruptes, descentes à couper le souffle et détours mémorables.

C’est la nature dans toute sa splendeur! La météo est en général très agréable en saison estivale, mais le climat peut être fort variable comme chez nous. Aussi faut-il se prémunir en conséquence.

Étant donné la popularité de cette région auprès des amateurs de sports de plein air, on y trouve un grand nombre de jolies auberges souvent aménagées dans des bâtiments rustiques au cœur de paysages grandioses.

Des cols

Parti de Boisset, nous avons parcouru les ruelles pentues du village de Marcolès avant d’arriver à Aurillac, la capitale française des parapluies, sise sur les bords de la Jordanne. On dit que la moitié de la production française de parapluies provient de cette municipalité de 24 000 habitants!

Le chemin qui mène ensuite par Mandailles au sommet du Puy Mary, le célèbre volcan du Cantal, s’appelle la «route des fromages». On y traverse d’ailleurs de nombreux pâturages où se prélassent les vaches de Salers, reconnaissables à leurs cornes en forme de lyre et à leur robe rouge acajou.

Classé Grand Site de France, le volcan attire, du haut de ses 1783 mètres, près de 600 000 visiteurs par an. Du haut de sa pyramide se dessine un des plus beaux points de vue sur l’Auvergne. Lors des belles journées, la vue porte jusqu’au mont Blanc.

Après une nuit passée à Blesle, classé parmi les plus Beaux Villages de France, et une dure montée matinale, Besse-en-Chandesse, perché à 1050 mètres d’altitude, se dresse à l’ombre du volcan du Sancy comme une apparition surgie de la coulée de basalte sur laquelle elle est assise.

À quelques kilomètres à l’ouest, se révèle la beauté sauvage du Lac Pavin, né il y a 6000 ans d’une explosion due à la rencontre d’une nappe phréatique et d’une montée de lave.

Fontaines Pétrifiantes

Avant d’arriver à Saint-Nectaire, réputée dans la France entière pour son fromage, on ne peut résister à l’envie de mettre les pieds dans l’eau du lac Chambon formé à la suite de l’éruption du volcan Tartaret il y a environ 8000 ans. Il est en perpétuel changement. Un énorme éboulis y est d’ailleurs survenu il y a quelques semaines, changeant encore une fois son profil si typique.

Il faut, le temps le permettant, visiter les Fontaines Pétrifiantes, la plus étrange curiosité de l’Auvergne. Ici les sources chaudes jaillissent du centre de la Terre en bouillonnant et donnent naissance à un artisanat étrange et unique au monde grâce à l’incrustation sur moulage de cristaux de calcaire.

Un souvenir original jailli du centre de la Terre à se procurer en mémoire de ce voyage insolite au pays des volcans.

Le panoramique du Puy-de-Dôme

Vue aérienne du Puy-de-Dôme.
Photo courtoisie
Vue aérienne du Puy-de-Dôme.
  • Point d’orgue de tout voyage en Auvergne, le Puy-de-Dôme est à Clermont-Ferrand, ville bien connue pour ses usines Michelin, ce que la tour Eiffel est à Paris.
  • Chaque année, près de 500 000 touristes viennent admirer, du haut de ses 1500 mètres d’altitude, l’époustouflant panorama de la grande chaîne volcanique. Par temps clair, on peut dénombrer 80 volcans endormis.
  • Depuis 2012, un train électrique à crémaillère, géré par SNC-Lavalin, relie en 20 minutes la gare de départ au sommet de ce site mythique, symbole de l’Auvergne. Ce choix écologique remplace les quelque 50 000 voitures et les 7000 autocars qui y grimpaient chaque année. Une victime toutefois: le cyclotouriste qui ne peut plus se permettre l’ascension par le chemin utilisé maintenant par le train.
  • Il faut voir sur place les vestiges du temple de Mercure, le plus grand temple de montagne de la Gaule romaine édifié au 2e siècle. Ce grand sanctuaire à terrasses était un important lieu de pèlerinage dédié par les Romains à Mercure, dieu du commerce, des voleurs (sic) et des voyages.
  • Pour les amateurs d’insolite, une stèle érigée au sommet commémore l’exploit réussi en 1911 par deux aviateurs partis de Paris qui y ont posé leur appareil, remportant ainsi le prix de 1000 francs or promis par les célèbres frères Michelin à qui franchirait le trajet en moins de 6 heures. À l’époque, une telle distance n’avait jamais été parcourue en avion. Ils y réussirent en 5 heures et 10 minutes.

Infos utiles

Se préparer

La Grande Traversée des volcans, longue de 200 kilomètres avec ses cols mythiques dans des panoramas grandioses, est un paradis pour 
cyclotouristes.
Photo courtoisie
La Grande Traversée des volcans, longue de 200 kilomètres avec ses cols mythiques dans des panoramas grandioses, est un paradis pour cyclotouristes.

S’y rendre

  • Il existe un vol en correspondance de Roissy vers Clermont-Ferrand avec Air France et sa filiale HOP. Prévoir un coût supplémentaire pour le vélo. www.airfrance.ca

Se déplacer

  • Pour amorcer son parcours au sud de l’Auvergne, prévoir 2 h 30 de route avec un transporteur ou une voiture de location de l’aéroport jusqu’à Aurillac, dans le Cantal. Le voyage par train existe, mais c’est plus compliqué avec vélo et bagages.
  • Des problèmes avec votre vélo à l’arrivée? Les boutiques sont souvent fermées le dimanche et le lundi. Vous pouvez aussi louer un vélo, évitant ainsi les tracas du transport, mais la qualité laisse parfois à désirer.

Se loger et se restaurer

Au fil du chemin, quelques bonnes adresses d’auberges et de gîtes de qualité:

  • À Boisset, au sud, l’Auberge de Concasty, endroit magnifique avec un accueil chaleureux. Simple et goûteuse, la cuisine puise dans les produits biologiques du potager. www.auberge-concasty.com
  • À Aurillac, la Chapellénie est un trésor caché dans une ruelle médiévale. Datant du Moyen-Âge, l’endroit est entièrement rénové avec quatre magnifiques suites. Authenticité, confort, et originalité. https://www.un-jour-en-auvergne.com/F_chapellenie.php
  • À Lavigerie, le gîte-auberge La Boudio à 1100 mètres d’altitude au pied du Puy Mary, où les mots «gastronomie auvergnate» prennent tout leur sens avec des plats comme la truffade, le chou farci, la potée aux trois viandes et le célèbre volcan. Le maître des lieux, Jean-François Petiot, a vécu à Saint-Jean-sur-Richelieu avant de s’installer dans ce havre de paix.