/news/politics
Navigation

Jean Gagnon accuse Québecor de «cracher sur le Québec»

M. Gagnon écorche au passage l’actionnaire de contrôle de l’entreprise médiatique et chef de l’opposition à Québec, Pierre Karl Péladeau

loi 3, FISA, syndicat, Jean Gagnon
SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

Le président des cols blancs de la Ville de Québec, Jean Gagnon, en a remis jeudi contre Québecor qu’il accuse d’avoir vendu l’amphithéâtre à des intérêts étrangers et de «cracher sur le Québec».

«La décision de Québecor de tout sous-traiter à l’extérieur en disant que ça nous prend une expertise, que ça nous prend les meilleurs, ça c’est de cracher sur le Québec. Ils ont craché sur le Québec et ils ont craché sur les employés qui étaient dans l’ancien amphithéâtre», a pesté Jean Gagnon en entrevue téléphonique au Journal, après une sortie virulente sur la page Facebook du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec.

Le syndicaliste reproche au gestionnaire de l’amphithéâtre d’avoir «tout donné à contrat à des firmes étrangères» dans le Centre Vidéotron, qui a pourtant été payé entièrement par des fonds publics.
intérêts étrangers

«Le service alimentaire a été confié à Lévy, une filiale du groupe Compass, la première étant basée à Chicago, l’autre en Angleterre. La gestion quant à elle a été confiée à AEG, une multinationale californienne. La vente des billets à Ticket

Master d’Hollywood et l’organisation de spectacle à Live Nation de Beverley Hills», écrit-il.

La Ville justifiait l’octroi sans appel d’offres du contrat de gestion à Québecor en disant qu’elle était la seule à avoir l’expertise pour gérer un tel équipement, rappelle-t-il. «Il faut donc conclure que Québecor n’avait aucune expertise.»

PKP écorché

M. Gagnon écorche au passage l’actionnaire de contrôle de l’entreprise médiatique et chef de l’opposition à Québec, Pierre Karl Péladeau. «On veut un pays. On a l’actionnaire principal qui est devenu chef du Parti québécois, le bras dans les airs, qui a même dit dans un bar à un groupe qui chantait en anglais : «En Français!» Et lui sa compagnie donnent tout ça à des étrangers! Je suis renversé. Je tombe sur le dos.»

Le chef syndical se permet de critiquer le projet dans son ensemble parce qu’il y a eu dans ce dossier une «attaque syndicale», selon lui. Il considère que les employés d’ExpoCité ont été ignorés par Québecor dans les embauches pour le Centre Vidéotron. «Ils ont perdu leur job de façon totalement injustifiée pour des mauvaises raisons.» Selon les rumeurs, une quinzaine d’entre eux seulement auraient obtenu un poste.

Il n’achète pas l’argument selon lequel ils n’ont pas été sélectionnés en raison de leur manque de courtoisie. «Que les gens ne me disent pas : «Le gars qui me sert ma bière a l’air bête.» Ces gens-là ont des boss et j’en ai vu plusieurs au fil du temps se faire sanctionner par l’administration et perdre leur job. Si les gens font mal leur job, il y a des mécanismes pour les clairer et les mettre dehors.»

Québecor a choisi vendredi de ne pas réagir aux propos de M. Gagnon.

Vous pouvez lire le message au complet de M. Gagnon destiné à ses membres ci-dessous.

Mot du président de la FISA, Jean GagnonLe Québec est vraiment maladeÀ tous les membres de la FISA, Un jour, la...

Posted by Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec - FISA on jeudi 16 juillet 2015