/slsj
Navigation

Un réfractaire assigné à résidence pour 30 mois

L’homme a multiplié les infractions à La Baie

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir échappé aux autorités québécoises pendant neuf ans et accumulé les infractions disciplinaires depuis qu’il est incarcéré, un Baieriverain sera assigné à résidence pour les prochains mois.

Nicolas Côté, 37 ans, en a fait voir de toutes les couleurs aux agents correctionnels pendant son passage au pénitencier. En plus d’avoir déchiré son matelas, crié et frappé dans la porte de sa cellule, d’avoir été trouvé en possession de tabac, il a obstrué la caméra qui le surveillait. De plus, il a tenté de falsifier le résultat d’un test d’urine, lui qui disait pourtant être abstinent de toute substance intoxicante.

Pas d’hier

Ce n’est d’ailleurs pas d’hier que Côté a maille à partir avec les autorités, lui qui multiplie les délits presque sans interruption depuis son adolescence (voir encadré).

Après avoir fui dans l’ouest du pays pour échapper à la justice québécoise, Côté a récidivé dès son retour au Québec. Travaillant dans une fermette de La Baie, il avait volé le véhicule de son employeur, conduit de façon dangereuse et pris la fuite des policiers, avant de s’en prendre à eux au moment de son arrestation, survenue en novembre 2013.

Depuis, il a refusé de suivre tous les programmes qui lui ont été proposés au pénitencier.

Dans son plus récent rapport, la Commission des libérations conditionnelles note d’ailleurs qu’elle «est incapable de cibler dans le parcours [de Côté] des périodes où il a fait les efforts attendus pour diminuer de façon significative le risque élevé de récidive qu’il présente».

«De plus, votre indifférence face aux victimes et aux conséquences que vos actes ont pu avoir sur elles est inquiétante», ajoutent les commissaires.

Récidives

Libéré d’office aux deux tiers de sa peine, Côté sera maintenant assigné à résidence jusqu’à la fin de sa sentence de 30 mois.

«Vous présentez beaucoup de difficultés à respecter vos engagements. La majorité de vos mises en liberté antérieures se sont soldées par des échecs, des libertés illégales et des récidives. Les diverses périodes de probation sous surveillance démontrent la rapidité avec laquelle vous récidivez ainsi que l’absence d’effet dissuasif des peines privatives de liberté que vous avez reçues», écrivent les commissaires.

 

Une longue feuille de route

Avril 2004 : Côté fait une violation de domicile avec agression, au cours de laquelle il frappe la victime à coups de poing au visage sur les bras et lui donne des coups de pied. Quelques heures plus tard, il frappe une autre victime aux bras et aux jambes.

Mai 2004 : Il injurie des clients d’un restaurant et les menace avec un couteau à steak. Il lance ensuite une brique à un de ces clients, l’atteignant aux côtes.

Juin 2004 : Vol d’un véhicule, conduite en état d’ébriété et délit de fuite.

Ne voulant pas faire face à la justice, il prend la fuite dans l’Ouest canadien, où il poursuit son mode de vie criminel pendant des années. Les autorités de la Colombie-Britannique et de l’Alberta ne le retournent toutefois pas au Québec, où il était en attente de plusieurs procès.

Arrêté en octobre 2013 pour conduite dangereuse à la sortie d’un bar. Il insulte et frappe un officier, en plus de causer pour 1000 $ de dommages à l’autopatrouille pendant son transport.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.