/travel
Navigation

Les jardins d’Eyrignac monuments historiques

Des jardins d’eau aussi au domaine d’Eyrignac.
Photo courtoisie, Paul Simier Des jardins d’eau aussi au domaine d’Eyrignac.

Coup d'oeil sur cet article

SALIGNAC, Dordogne (France) | Classés monuments historiques, les jardins à la française du manoir d’Eyrignac, avec leur vaste collection de sculptures végétales, constituent les plus belles créations du genre dans le Périgord et figurent parmi les plus beaux jardins de France.

La création de ces jardins remonte au XVIIIe siècle, mais l’édification du premier ­logis en ces lieux est bien plus ancienne. Sur une période de 500 ans, 22 générations de la même famille se sont succédé, qui se sont transmis la même passion pour le beau ­appliqué aux végétaux.

 Le manoir d’Eyrignac date du XVIIe siècle.
Photo courtoisie, Paul Simier
Le manoir d’Eyrignac date du XVIIe siècle.

L’art topiaire

L’art topiaire, qui consiste à non seulement tailler mais à sculpter les végétaux, est ­poussé à l’extrême. Quatre espèces ayant la particularité de se prêter aisément à ce ­genre de traitement se retrouvent dans les différentes sections des jardins, soit le ­charme, l’if, le buis et le cyprès. Ces quatre essences principales permettent de composer un paysage végétal comportant toutes sortes de nuances de vert. Ces végétaux, sous les sécateurs d’une horde de jardiniers – tout est fait manuellement – revêtent les formes les plus insolites.

Au gré des allées, c’est un espace de 10 hectares, cerné par un domaine forestier de 200 ha, également doté de sentiers botaniques, que les visiteurs sont invités à découvrir.

Sur chaque panonceau d’information ­installé au gré du parcours, les jardiniers ont pris le soin de formuler un conseil utile pour amateur de jardinage.

Arrangements topiaires aux jardins du manoir  d’Eyrignac
Photo courtoisie, Paul Simier
Arrangements topiaires aux jardins du manoir d’Eyrignac

Le bassin et l’ancien lavoir qui jouxtent le manoir égaient les abords des bâtiments ­annexes. Plus loin, ce sont des jardins ­aquatiques qui enchantent les visiteurs.

Dans le jardin potager, on a associé ­légumes, fleurs et herbes, une cohabitation qui a pour effet de profiter aux légumes. On y apprend ainsi que la sarriette protège les ­haricots des pucerons, que la bourrache ­protège les choux des limaces, que la ­capucine éloigne les punaises des courgettes et des citrouilles.

Un restaurant et un salon de thé permettent de se restaurer sur place. Des aires de pique-nique sont aménagées sous les frondaisons. Ce sont là autant de services qui permettent aux visiteurs de prendre tout leur temps pour arpenter les jardins.

Des animations thématiques figurent au ­calendrier jusqu’aux Journées du patrimoine les 19 et 20 septembre.

REPÈRES