/news/society
Navigation

Les expropriés de Forillon ont été volés

Dans un livre coup de poing qui vient de paraître, une chercheuse conclut que l’État a commis une injustice

La maison Blanchette recrée la vie d’une famille du début du 20e siècle avec des guides interprètes.
Photo Nelson Sergerie, collaboration spéciale La maison Blanchette recrée la vie d’une famille du début du 20e siècle avec des guides interprètes.

Coup d'oeil sur cet article

GASPÉ | Les 325 familles gaspésiennes qui ont été expropriées pour la création du Parc national Forillon, il y a 45 ans, ont été carrément volées, conclut une chercheuse universitaire dans un nouveau livre-choc qui vient de paraître.

«Dépossédés, volés, expulsés, traités injustement. Oui, ils se sont fait voler», tranche sans détour l’historienne Aryane Babin, qui publie ces jours-ci un ouvrage sur l’expropriation des familles qui occupaient jadis le territoire où se trouve aujourd’hui le parc de la péninsule gaspésienne.

Recherche rigoureuse

L’auteure, originaire de Paspébiac, a écrit sa thèse de maîtrise en histoire à l’Université Laval sur cette saga et son livre est l’aboutissement d’un travail de recherche de cinq ans. Pour le réaliser, elle a eu accès à des archives juridiques et politiques inédites.

«L’injustice que les gens ont vécue m’a interpellée parce qu’ils ont été chassés de chez eux», dit-elle, en entrevue au Journal.

À la suite de l’annonce de la création du parc fédéral, le 8 juin 1970, quelque 1800 expropriations touchant 325 familles ont été effectuées dans le cadre du processus orchestré par le gouvernement du Québec, chargé de préparer le terrain afin qu’Ottawa puisse créer le parc à l’extrémité de la Gaspésie.

«La plupart des montants que j’ai vus passer étaient entre 2000 $ et 5000 $, souligne Mme Babin. Or, 5000 $ pour se racheter une terre, une maison, déménager, même en dollars de 1970, c’est peu pour remplacer une propriété qu’on vous arrache de force», juge-t-elle.

Cette station-service Fina se dressait sur la péninsule avant que ne commence l’expropriation pour la création du parc Forillon.
Photo collection Hubert Briard
Cette station-service Fina se dressait sur la péninsule avant que ne commence l’expropriation pour la création du parc Forillon.

En octobre 1975, un tribunal a accordé près de deux millions de dollars supplémentaires aux expropriés.

À l’époque, Ottawa avait tenté d’atténuer la grogne en promettant que la création du parc se traduirait par l’afflux de 500 000 visiteurs par an dans la région et la création de 3000 emplois directs et indirects.

Quarante-cinq ans plus tard, on est bien loin du compte: l’an dernier, le parc Forillon a accueilli 123 000 visiteurs. On y compte un total de 130 employés.

Des plaies vives

Les plaies de cette saga restent vives pour les familles des expropriés, même après quatre décennies.

«Il y a des gens qui ne tireront jamais le rideau parce que les blessures sont trop profondes», dit la présidente sortante du Regroupement des personnes expropriées de Forillon et leur descendance, Marie Rochefort.

«Je reste moi aussi avec plein de questions. Le livre va peut-être répondre à certaines, pense Mme Rochefort. Comment cela a-t-il pu se faire sans aucune considération pour les personnes concernées? Ça reste imprégné chez les enfants et même les petits-enfants.»

Parents coincés

«J’ai trouvé ça difficile. J’ai vu mes parents coincés», raconte Debbie Phillips, qui était adolescente à l’époque où ses parents ont été expropriés.

Son père avait 55 ans au moment de l’expropriation et il exploitait le magasin général, un gîte et un casse-croûte à Penouil­le.

«Certains ont choisi de passer outre, mais mon père a toujours été fâché jusqu’à son décès. Les blessures sont encore vives. Ça fait mal», dit Mme Phillips.

Il s’est écoulé plus de 40 ans avant que les gouvernements fédéral et provincial s’excusent auprès des expropriés.

Mme Rochefort estime qu’il y a un «devoir de transmission» pour les descendants des expropriés afin que l’histoire ne soit pas oubliée.

 

Les dates à retenir

21 mai 1969

Ratification de l’entente préliminaire entre Ottawa et Québec sur le parc Forillon

8 juin 1970

Esntente officielle entre Ottawa et Québec pour la création du parc

22 juillet 1970

Dépôt de l’avis d’expropriation et du plan d’expropriation au palais de justice de Percé

22 janvier 1972

Date limite fixée par Québec pour libérer le territoire

Printemps 1972

Début de la contestation judiciaire de 125 expropriés devant la Régie des services publics

28 avril 1975

La Cour d’appel donne raison aux expropriés

6 octobre 1975

Québec accorde 1,9 million $ supplémentaires aux expropriés de Forillon