/lifestyle/food
Navigation

Je t’aime, mon canard!

Coup d'oeil sur cet article

Le foie gras, le magret, le canard laqué, les ril- lettes, les ailes, les saucisses, la cuisse confite... Les vrais amateurs de canard l'apprécient sous toutes ses formes! Voici cinq établissements où ils peuvent s'en délecter.

Le lapin sauté
Photo courtoisie

Le canard et le lapin en duo

Dans ce restaurant du quartier Petit- Champlain, lapin et canard partagent une assiette qui se déguste à deux, en couple, entre amis, entre collègues ou en famille.

Dans l’assiette Tout lapin, tout canard, un classique du Lapin sauté auquel les clients ne peuvent résister, la cuisse de canard confite, la cuisse de lapin confite, les ril- lettes de lapin maison, le magret de ca- nard fumé maison au bois de cerisier, ainsi que la saucisse de canard et le foie gras de canard au torchon des Cochonnailles font bon ménage. Confit d’oignons et de ca- rottes, fromage La Sauvagine, pain de noi- settes, miel et raisin, pain rustique, pommes de terre sautées au gras de ca- nard et oignons verts, salade verte et cor- nichons complètent ce festin

Le carnard huppé
Photo courtoisie

20 ans
 de canard !

Le nom de ce restaurant situé à Saint-Laurent-de-l’île-d’Orléans révèle une partie de son menu! Depuis 20 ans, on y cuisine le canard de façon à maximiser la tendreté de cette viande très maigre et savoureuse, en faisant preuve d’une grande délica- tesse, notamment lors de la cuisson, et en lui accordant un temps de re- pos bien mérité avant de la servir. On y propose le magret et la cuisse, ac- compagnés des produits de saison qui inspirent le chef, ainsi qu’une ar- doise Dégustation du terroir réunis- sant, entre autres, les rillettes de ca- nard et le canard fumé maison, qui côtoient le melon au cassis, le sau- mon fumé ainsi que divers délices ré- gionaux. La nouvelle boutique gour- mande du Canard huppé permet d’ailleurs aux amateurs de se procu- rer les différents produits de canard concoctés sur place et de découvrir une variété de produits du Québec.

La Chapelle Pub &Grill
Photo courtoisie

Du canard partout !

Au Pub de la Chapelle, situé sur l’avenue Royale, au sommet de la chute Montmo- rency, les amoureux du canard ont ample- ment le choix. Un parmentier de canard avec purée de pommes de terre douces et confit de canard déglacé au sirop d’érable? Une cuisse de canard confite en salade tiède avec croûtons de chèvre chaud et confit de canne- berges inspiré de Serge Bruyère? Une pizza fine au canard confit, garnie de sauce tomate, de fromage de chèvre, de mozzarella, de champignons rôtis, d’un confit de pommes à l’anis et au sirop d’érable et d’une salade de roquette à l’huile de pesto? Ou un burger à la boulette composée de viande de poitrine et de gras de canard, surmontée de canard effi- loché, de brie et d’un confit de canneberges? Difficile de choisir! De plus, le canard confit peut être ajouté en extra sur tous les plats, comme la poutine, les nachos et même en rillettes sur le filet mignon.

Shanghai
Photo courtoisie

Laqué, le canard !

Le canard laqué pékinois, un grand clas- sique de la cuisine chinoise, est servi à la ta- ble du restaurant Shanghai, sur le boulevard Lebourgneuf. Mais, attention, il faut le réser- ver 24 heures à l’avance! Le canard est d’abord mariné, puis sa peau est ensuite sé- chée avant que la bête soit cuite au four et finalement badigeonnée d’huile chaude. Ce n’est qu’après ce rituel que les clients peu- vent goûter au canard en entier, servi en trois plats. D’abord, la peau est roulée dans une crêpe avec de la sauce hoisin, des concombres et de l’échalote (photo). En- suite, la chaire émincée est sautée avec une belle variété de légumes, un peu d’huile, de la sauce hoisin et des graines de sésame pour bien savourer le canard. En finale, tous les morceaux restants du canard garnissent une soupe qui réunit du bok choy chinois, des légumes et du tofu dans un bouillon de canard aromatisé.

Le canard goulu
Photo courtoisie

Même en plein air

Avec sa boîte-repas hebdomadaire pour deux personnes, qui contient des plats sous vide (quatre services) à réchauffer et à dé- guster à la maison, Le canard goulu simplifie vos repas gastronomiques. Et, cet été, avec sa boîte pour le barbecue et sa boîte à pique- nique, il agrémente même vos repas en plein air! La première contient deux tournedos de canard (photo), 10 ailes de canard barbecue, des saucisses «hot-ducks», quatre boulettes pour miniburgers, un pot de sauce barbecue au whisky maison et un pot de relish de chou rouge maison. La seconde renferme les ril- lettes de canard, un pot de bloc de foie gras, du pâté de canard au porto, de la galantine de canard, un confit de fruits ou de légumes et une boîte de craquelins. Il ne manque que la bouteille de vin! Rendez-vous sur le site agrotouristique de Saint-Apollinaire, à la bou- tique de la route Jean-Gauvin à Cap-Rouge ou au restaurant (offert sur réservation pour les groupes seulement) et à la boutique de l’avenue Maguire.


Aux oiseaux !

Amoureux de viande de canard et de foie gras, vous êtes au bon endroit pour vous faire suggérer quelques bons choix de bouteilles pour accompagner les plats inspirés de cette délicieuse volaille! Que celle-ci soit confite, en tartare, en magret servi saignant ou en tranches minces pour élaborer une fondue, les possibilités de symbiose avec les vins seront fastueuses.

Un tartare de canard moyennement relevé sera aux «p’tits oiseaux» si vous le servez avec un agréable et goûteux rouge bordelais. Je pense illico au constant Côtes de Bourg du Châ- teau Bujan à 21,65 $ (862086), qui est principalement fait de merlot et de cabernet sauvignon.

Une syrah de climat frais pourrait également très bien trouver chaussure à son «nez» avec ce plat sans cuisson.

Vous donnerez des ailes à votre magret de canard en l’accompagnant d’un flacon italien. Un tout en relief Ripasso de Vénétie, un sudiste et imprégnant cru sicilien ou une intense et goûteuse cuvée piémonaise? Oui, toutes ces réponses sont bonnes! Misez à «pleines narines» sur l’excellent Bosan, qui est un Ripasso en appellation Valpolicella Superiore de Gerardo Cesari à 30,25 $ (11355886). Je vous conseille de le dégourdir au moins de 30 à40 minutes en carafe en visant 17 °C. Un rouge italien superbe!

Le Cahors du Clos La Coutale
Photo courtoisie

Dynamique duo

Vos cuisses de canard confites formeront un dynamique duo avec des rouges de bonne mouture faits à base de tannat ou de malbec. Un mariage classique, mais combien efficace, avec un rouge de Cahors dans le sud-ouest de la France serait impeccable. Ne passez pas à côté du coloré, profond et fort satisfaisant Ca- hors du Clos La Coutale à 15,30 $ (857177). Un des très rares vins rouges à moins de 15 $ ou 16 $ présents sur notre marché et que vous pourriez oublier jusqu’à 10 ans en cave sans trop de tracas.

On termine avec une ou deux bouteilles pour un lobe de foie gras poêlé? Accompagné de pain d’épices, d’abricots pochés ou d’un coulis à la vanille, celui-ci ira à merveille avec une vendange tardive ontarienne ou chilienne ou un vin de glace de notre Belle Province. Vous pourriez également déstabiliser les papilles de vos convives en servant le Pineau des Cha- rentes cinq ans du Château de Beaulon à 20,25 $ (066043).

Avec la collaboration de Philippe Lapeyrie