/opinion/blogs
Navigation

Salmigondimanche 2 août 2015

police b
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Salmigondimanche 2 Août 2015

La semaine passée

La Sûreté du Québec annonce un resserrement de l’utilisation des véhicules semi-banalisés.

Non pas un aveu de culpabilité, mais plutôt une mesure visant à clamer la tension un peu. La tragédie qui a couté la vie de trois personnes à Dolbeau-Mistassini a fait couler beaucoup d’encre. Les faits sont simples, 3 véhicules de police répondent à l’appel d’une femme qui est chez elle avec son enfant. Elle leur dit que son ex vient d’entrer dans la maison et qu’elle a peur.

Oui ça va vite, très vite même, ce n’est pas un appel banal, il y a urgence. Deux véhicules marqués, gyrophares en fonction et sirènes hurlantes sont suivis par ce semi-banalisé qui lui aussi est muni de lumières et sirène qui sont aussi en fonction.

On ne saura jamais si le conducteur de la voiture où prenaient place les trois victimes a vu ou non ce véhicule. Pas plus qu’avec tout mon respect, on ne saura si le conducteur en question avait toute l’attention requise pour voir ce véhicule d’urgence arriver à grande vitesse. Est-ce que seuls les gyrophares sur un char blanc « stripé » vert et jaune auraient permis d’éviter le drame? Votre réponse est aussi bonne que la mienne.

Il me semble ici qu’on assiste à une forme de nivellement par la gestion du risque. Il y a de cela des années, on a interdit les poursuites automobiles lorsque certaines conditions existaient. On applique ici le même raisonnement. Oui la sécurité doit primer mais est-ce qu’on doit en même temps demander aux policiers de restreindre leurs ardeurs en répondant à un appel où les vies d’une mère et d’un enfant sont en danger parce qu’il est possible de causer un accident en le faisant ?


Perquisitions de l’UPAC chez Gérald Tremblay

Une autre série de perquisition de l’UPAC cette semaine, la huitième de l’été dans le dossier des compteurs d’eau. Ils se sont rendus au domicile et au chalet de l’ancien maire de Montréal, Gérald Tremblay. Il y a même eu une rencontre de témoin au chalet à ce qu’il paraît. Difficile de penser qu’une autre personne que monsieur Tremblay soit ce témoin.

Puis le lendemain, c’est monsieur 3% lui-même qui a reçu la visite de l’UPAC. Bernard « un chum, s’t’un chum » Trépanier. La neuvième série de perquisitions depuis le début de l’été. Et ce n’est pas fini, soyez-en sûr !

Oui c’est long, non il n’y pas encore d’accusations. Il s’agit d’une enquête très longue qui progresse lentement, mais qui avance tout de même. La scène de crime est différente d’une scène de meurtre où la police y passera quelques jours tout au plus à la recherche d’indices, de preuves et de faits.

Dans ce dossier, chaque perquisition permet d’aller un peu plus loin, d’ouvrir d’autres portes et de faire d’autres trouvailles. Entre les soupçons, les allégations et les preuves, il y a un monde que seules les enquêtes et perquisitions permettent de recueillir. Les accusations tant attendues sont toujours à venir, mais il y en aura, j’en suis convaincu.

Le CDPDJ et l’embauche à la SQ

Charmant organisme que la Commission des droits de la personne et des droits des jeunes au Québec. Ils viennent de publier un rapport blâmant la Sûreté du Québec au sujet de l’embauche des femmes, des autochtones et des minorités visibles.

C’est aussi le même organisme qui avait récemment critiqué la DPJ et la SQ dans l’affaire de la communauté Lev Tahor. Cette communauté ultra-orthodoxe qui a fuit le Québec avec des enfants vers l’Amérique du Sud en réponse aux enquêtes touchant des allégations de maltraitance envers les jeunes de ce groupe.

C’est facile de blâmer lors d’un rapport annuel. Mais vous étiez où lorsque la DPJ et la SQ tentaient de prendre soin des enfants Lev Tahor ? Et vous avez fait quoi pour favoriser l’embauche des femmes et des minorités par notre police nationale ?

La réponse idéale et facile est de dire que des mesures seront prises pour tenir comptes des recommandations des différents rapport et que de efforts seront faits afin de pallier aux manquements. Jusqu’au prochain rapport dans un an ou les reproches seront différents.

Le meurtre de Sam DuBose par un policier d’université à Cincinnati

Un meurtre en direct, un crime, un assassinat, une exécution, que dire de plus ? Par Ray Tensing, un policier d’université, pour une histoire de plaque d’immatriculation. Faut se demander quels sont les critères d’embauche pour porter l’uniforme et une arme afin d’assurer la sécurité autour des universités américaines. Une honte pour tous ceux qui portent l’uniforme. Rien a dire de plus, sinon vite à procès et en prison !

Il me semble que l’on s’est ému beaucoup autour du monde cette semaine avec l’histoire de Cecil, le lion abattu par un quelconque imbécile. J’aurais aimé que la mort inutile d’un innocent tué par un autre imbécile fasse plus les machettes que celle d’un lion.

La semaine à venir


Pas grand chose dans la boule de Crystal à vrai dire. Les vacances de la construction se terminent aujourd’hui et les policiers feront le bilan sous peu. Il y a bien cette opération visant la sécurité des plaisanciers qui se poursuit, l’alcool aux commandes d’une embarcation, c’est aussi criminel qu’au volant d’un véhicule sur la route.

Les élections fédérales seront déclenchées au cours des prochaines heures. J’ai hâte de voir les différentes annonces en matière de Sécurité publique. Parce qu'on va en parler !

La question

Quelques uns ont répondu à l’appel. Il y a eu 14 questions/commentaires. Comme c’est la première, allons-y en vrac. J’ai envie de répondre à tous ce matin.

@Bon Bitume
Merci pour les bons mots. Cet endroit est ouvert à tous, peu importe qu’ils saisissent ou non le but ou qu’ils s’en moquent. Je l’écrivais la semaine dernière, tant que le ton demeure respectueux, on peut être en désaccord jusqu’à la fin des temps. L’important est de le dire et de l’expliquer, simplement. Le tri viendra naturellement, ne vous en faites pas !

@Astérix
Le cas auquel vous faites référence en est un régulièrement vu par les policiers en matière de fraude et de vol à l’étalage dans les commerces. Quand vous mentionnez le cas de Me Lu Chan Khuong en disant qu’il s’agit d’un déni de justice, j’aurais aimé que vous précisiez le fond de votre pensée. J’ai cependant l’impression qu’elle a été déclarée coupable d’un geste pour lequel elle n’a pas été accusée. Quant à la bonne foi, disons que c’est du cas par cas. Il y a une foule de facteur à considérer.

@ClaudeCC
Au risque de me répéter, je ne ferai pas de place aux prix Nobel du ridicule, soyez sans crainte.

@Real Roch
Mais ce que vous êtes volubile mon cher ! Je suis d’accord avec vous quand vous dites que « les critiques amènent le changement ». Je débarque cependant au commentaire qui veut que les québécois soient très peu informés,  les plus soumis et les plus abusés en Amérique. Votre analyse du droit et des différents codes est tirée par les cheveux. Heureux de voir que n’êtes pas contre le travail de la police. Votre critique est la bienvenue mais vous sautez trop rapidement à cette conclusion qu’aucune liberté n’est garantie et qu’une ère de totalitarisme nous attend sous peu. Et non, il n’y pas de loi au Québec permettant aux policiers de saisir votre téléphone pour vous empêcher de les filmer. Votre comparaison de la police du Québec avec la Stasi n’est pas boiteuse, elle est vulgaire et scandaleuse.

@248202
Oui les policiers paient de leur poche les pantalons de camouflage qu’ils portent. À moins que leur fraternité... Quand je travaillais en civil, on avait ce qu’on appelait la « prime de guenille ». Le contrat de travail prévoyait une allocation quotidienne pour le faire, mais pas en moyen de pression ou encore de sensibilisation comme on se plait à le dire maintenant.

@Claude Trudel et @Pierre Grenier
Vous répondez à Real Roch au sujet de ses comparaisons. En ce qui a trait aux enquêtes de la police sur la police, je ne suis pas sûr qu’il y aura plus d’accusations quand le Bureau des enquêtes indépendantes sera actif. Au fait, il s’en vient bientôt ce Bureau ? La loi le créant a été votée il y a déjà plus de 2 ans. À suivre...

@NonMais
Mais non, les policiers n’ont pas le droit d’insulter et de battre les citoyens. Ce n’est pas dans leur formation non plus...

@Pierre Addy
Sage commentaire que le vôtre. Non la police n’est pas parfaite, même si on le voulait. Permettez-moi de reprendre vos propos en terminant : « La police n’est à toute fin pratique que le pâle reflet de la société dans laquelle elle évolue ».