/news/society
Navigation

Succès de foule aux quais du bassin Louise

Les activités hautes en couleur ont attiré de nombreux festivaliers

Coup d'oeil sur cet article

Ça grouillait de monde hier sur les quais du bassin Louise où, pour la première fois de l’histoire des Fêtes de la Nouvelle-France, de nombreuses activités sont organisées pendant toute la durée de l’événement pour divertir les détenteurs de médaillons.

Le soleil et la chaleur n’ont certainement pas nui pour attirer les curieux, gens de Québec et d’ailleurs, en cette quatrième journée des 19e Fêtes de la Nouvelle-France (FNN).

Reconstitution sur un bassin d’eau de la bataille de Phips, démonstrations d’escrime à l’ancienne par les mousquetaires de la Garde du Lys, supplice public imposé par le Régiment de Carigan-Salières: les options sont nombreuses pour en apprendre sur nos ancêtres, de façon ludique et festive.

Le chirurgien de navire, qui explique «comment faire un beau moignon», réussit particulièrement, par son récit coloré, à attirer petits et grands.

Une importante bataille

Trois cent vingt-cinq ans après l’importante bataille de Phips-Frontenac, les festivaliers ont eu droit hier soir, au quai 22, à une version théâtralisée de celle-ci, survenue en 1690. «La première bataille navale terrestre de l’histoire de l’humanité», dit en blaguant le directeur général des FNN, Stéphan Parent, à propos de la reconstitution proposée.

Canons, bateaux sur roues, comédiens, musiciens, cascadeurs: les spectateurs en ont eu plein la vue, après quoi les Grands Feux Loto-Québec ont couronné la victoire.

«À l’époque, Frontenac avait fait une version, on peut dire, théâtrale de la bataille. Il a fait beaucoup de coups de bluffs qui ont bien fonctionné, ce qui a fait que cette bataille-là a été une victoire, même si au départ, on n’avait pas les troupes pour faire face à ça», explique M. Parent.

«Quand il a gagné la bataille, Frontenac a fait un grand feu de joie là où est le château Frontenac et selon certains documents, ce serait même un feu d’artifice. Ç’aurait été le premier en Nouvelle-France», fait-il remarquer.

Cette bataille lors de laquelle Frontenac a lancé la célèbre phrase «Je vous répondrai par la bouche de mes canons», ajoute-t-il, a été cruciale dans notre histoire, d’où l’importance de la faire connaître.


QUOI FAIRE AUJOURD’HUI

♦ «Les patenôtriers en Nouvelle-France» au Jardin des Ursulines, à 13 h 30. Rencontrez Jacques Le Colporteur qui raconte l’histoire de ceux qui apportaient chapelets et médailles en Nouvelle-France.
 
♦ «Le comte Frontenac tient le Fort» au Musée du 22e régiment, à la Citadelle de Québec, de 14 h à 17 h. Frontenac vous raconte sa célèbre victoire contre Phips, en 1690.
 
♦ Mariage des Filles du Roy et cérémonie de clôture au bassin Louise, vers place de Paris, dès 17 h.
 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.