/news/provincial
Navigation

Le Phare à l'étape des études de circulation

Le Phare à l'étape des études de circulation

Coup d'oeil sur cet article

Le groupe Dallaire, la Ville et le ministère des Transports travaillent activement aux plans de circulation pour mesurer l’impact du projet du Phare, à l’entrée de la ville.

Le projet de tour de 65 étages du Groupe Cominar a été moins présent dans l’actualité ces derniers mois après avoir fait beaucoup jaser lors de sa présentation par Michel Dallaire en février. C’est que le Groupe Dallaire est à l’étape de l’étude de circulation.

«Cet été, on a travaillé avec des firmes en transport à la demande de la Ville. On travaille avec le ministère des Transports du Québec (MTQ), le Réseau de transport de la capitale (RTC), la Ville de Québec et nos consultants pour voir l’impact du projet dans son environnement immédiat et un peu plus large», a confié lundi Michel Dallaire, président et chef de la direction du Groupe Dallaire.

Le Groupe attend une première série d’études de circulation qui doit être livrée dans les prochaines semaines et une autre phase qui est sensée être prête pour le mois de novembre.

Après le dévoilement du projet cet hiver, la congestion routière avait été souvent évoquée par les citoyens inquiets de l’arrivée de la haute tour dans le paysage de Sainte-Foy.

«C’est le point de départ. L’interaction entre les rues et le projet, les entrées et les sorties (d’autoroute), c’est le point de départ de tout projet. On avait fait des études préliminaires déjà, mais aujourd’hui, il faut vraiment travailler dans le concret.»

Le projet de Phare est intimement lié au plan de réaménagement de la tête des ponts du Ministère et au projet de SRB de la Ville de Québec, a précisé M. Dallaire et c’est pourquoi les trois parties travaillent ensemble. Le MTQ n’a toujours pas dévoilé ses intentions pour le réaménagement de l’enchevêtrement de voies d’accès aux ponts. Une annonce avait été promise en mai, mais elle avait été annulée à quelques heures d’avis en raison d’un conflit d’horaire et aussi de la tenue d’élections partielles.

Les plans du Phare ne sont donc pas encore sur la table de la Commission d’urbanisme de la Ville de Québec qui, ultimement, doit donner son aval au projet pour qu’il aille de l’avant. Les études de circulation nécessaires à la présentation du dossier à la Commission. Tout comme celles qui concernent l’impact sur les réseaux d’aqueduc et d’égout de la ville.

L’échéancier reste inchangé, assure Michel Dallaire, qui vise toujours l’automne 2016 pour le début des travaux. «On est toujours dans cette cédule-là». Une consultation publique est aussi prévue.