/entertainment/music
Navigation

Grosse décharge électrique

L’ouragan AC/DC touche l’Amérique à Boston devant une foule en liesse

Angus Young, le seul membre original du groupe, ètait vêtu de son classique habit d’écolier rouge.
Photo courtoisie Angus Young, le seul membre original du groupe, ètait vêtu de son classique habit d’écolier rouge.

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | Deux heures de rock’n’roll avec des sexagénaires en feu, un concert rodé au quart de tour, des effets visuels et sonores flamboyants et un stade qui hurle à chacun des hits: l’ouragan AC/DC a touché l’Amérique, samedi soir, au Gillette Stadium de Foxborough.

Si on se fie à ce qu’on a vu à Boston, c’est une soirée mémorable qui attend les spectateurs sur les Plaines d’Abraham vendredi prochain.

Le groupe culte australien y a donné le coup d’envoi de sa tournée nord-américaine, devant plus de 50 000 personnes aux allures de démons, avec cornes rouges lumineuses sur la tête, conférant au stade des airs d’enfer.

En dépit de l’absence de Malcom Young et Phil Rudd, le concert a sonné comme une véritable décharge électrique. Et sans faire de mauvais jeu de mots, les vingt hits se sont succédé à la vitesse de l’éclair, survolant les quatre décennies de carrière du groupe.

Attirail scénique

Angus Young, le seul membre original du groupe, ètait vêtu de son classique habit d’écolier rouge.
Photo courtoisie

Visuellement, AC/DC s’est assuré d’en mettre plein la vue. Outre la pyrotechnie et des écrans démesurés, une passerelle s’allonge au devant d’une immense scène, surplombée d’un dôme en forme de cornes du diable qui ont l’air d’avoir surchauffé.

Les feux d’artifices pétaradent généreusement dès le départ avec Rock or Bust, titre de la tournée et du dernier album, dont seulement trois pièces trouvent leur place dans le programme. Pendant le succès planétaire Thunderstruck, joué en milieu de parcours, les éclairs envahissent les écrans géants de chaque côté de la scène. Tout juste avant Hells Bells, une immense cloche descend des airs pour nous heurter les tympans.

Angus Young, possédé

Angus Young, le seul membre original qui reste dans le groupe, a volé le spectacle... comme il le fait depuis 42 ans, vêtu de son classique habit d’écolier rouge. Toujours aussi animal, il a arpenté la scène de long en large pendant deux heures, en sueurs, avec son jeu de pieds légendaire.

Angus Young occupe d’ailleurs le devant de la scène au même titre que Brian Johnson, dont la voix criarde est toujours aussi puissante, alors que Stevie Young, neveu de Malcolm, Chris Slade et Cliff Williams sont plutôt en retrait.

Celui qu'on considère comme un des meilleurs guitaristes au monde fait le cadeau d'un hallucinant solo pendant Let There Be Rock, un moment de gloire qu'il a gardé de ses dernières tournées. Il a déchargé ce qui lui restait d'énergie pendant Highway to Hell, au rappel, avec ses cornes du diable sur la tête.
 
Le groupe a aussi ramené de sa dernière tournée les canons pour For Those About To Rock, les positionnant cette fois-ci sur le côté de la scène, ce qui concluait un spectacle à l'image d'un des plus grands groupes rock de l'histoire.


♦ AC/DC sera en spectacle le vendredi 28 août sur les Plaines d’Abraham, ainsi que le lundi 31 août au Stade olympique de Montréal.

Les pièces du concert

Si on se fie à la liste des chansons jouées samedi à Boston, Québec peut s’attendre à un spectacle mémorable vendredi soir.

  • Rock or Bust
  • Shoot To Thrill
  • Hell Ain’t a Bad Place to Be
  • Back In Black
  • Play Ball
  • Dirty Deeds Done Dirt Cheap
  • Thunderstruck
  • High Voltage
  • Rock’n’Roll Train
  • Hells Bells
  • You Shook Me All Night Long
  • Sin City
  • Shot Down In Flames
  • Have a Drink 
  • On Me
  • T.N.T
  • Whole Lotta Rosie
  • Let There Be Rock
En rappel
  • Highway To Hell
  • For Those About to Rock (We Salute You)