/lifestyle/techno
Navigation

L’héroïne arrive sur mobile

L’héroïne arrive sur mobile
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Lara Croft Go vient de voir le jour! Cette déclinaison des aventures de la célèbre héroïne anglaise offre une jouabilité semblable à celle de l’excellent Hitman Go. Les amateurs de jeux de réflexion, de puzzles et d’exploration seront ravis de guider Lara dans des péripéties respectant les piliers créatifs responsables de l’ADN de la franchise.

Sans texte, Lara Croft Go propose une approche minimaliste quand vient le moment d’expliquer la jouabilité. Intuitivement, nous découvrons les règles de ­déplacements une par une ainsi que les différentes mécaniques de jeu. Tour par tour, nous devons nous promener dans des environnements familiers pour les fervents de la licence de Square Enix. Des grottes aux ruines ­anciennes en passant par des ­forêts luxuriantes, nous sommes appelés à, non seulement résoudre des énigmes, mais également combattre des ennemis en évitant les confrontations face à face.

La conception des niveaux, bien réfléchie, offre de bons défis qui se complexifient au fur et à mesure de notre progression truffée d’embuches. Les environnements en 3D témoignent d’un esthétisme visuel soigné. Observez les petits papillons qui virevoltent pendant que certaines plantes produisent leur pollen. Les filets de lumière filtrant au travers de la voûte de la jungle sont aussi ­remarquables. De temps à autre, Lara y va de certaines acrobaties lorsque vient le moment de gravir certains obstacles. Ceux-ci ne changent rien à la jouabilité, mais contribuent à l’immersion.

L’héroïne arrive sur mobile
Photo courtoisie

Niveaux de complexité

Le degré de violence de cette licence demeure comparable à celui des échecs. Lara Croft Go suscite la réflexion. Il faut comprendre l’environnement et les pièges à contourner. Au chapitre des monstres, on y retrouve des lézards géants, de grosses araignées et des serpents, entre autres. Elles possèdent différentes habiletés, selon leur spécimen. Lors de nos déplacements, nous découvrirons des armes. Ces dernières ont aussi des aptitudes individuelles. Par exemple, les lances permettent d’éradiquer les bibittes à distance. Leur usage unique nous force à bien analyser notre situation. Doit-on nécessairement les éliminer? À vous d’en juger.

L’interaction avec le plateau dynamise la jouabilité, tout comme dans Hitman Go. En effet, pour atteindre certaines sections, nous devrons activer certains leviers dans un ordre précis. Ceux-ci feront bouger des plateformes dans une séquence déterminée. L’observation est donc de mise. Lara doit aussi mouvoir des colonnes de pierres afin d’escalader des palissades paraissant inaccessibles. Elle doit surtout éviter de progresser sur des structures fragilisées. Ces dernières la mèneront à une mort certaine au deuxième passage. Les concepteurs les ont également placées à la verticale, rendant ainsi la grimpe plus difficile. Il faut analyser.

«La série Go en est une haut de gamme... Elle offre des jeux novateurs dans des environnements méticuleusement dessinés», ­affirme fièrement Patrick Naud, directeur de Square Enix Montréal. Il m’a laissé sous-entendre à mots couverts qu’une autre déclinaison inspirée de Lara Croft pourrait voir le jour.

C’est à suivre!

Lara Croft GO

L’héroïne arrive sur mobile
Photo courtoisie

Genre: Puzzle

Plateformes: Windows Phone, iOS, Android et PC

Classement: T

Prix: 5,79 $ (4,99 $US)

Cote du Grand Talbot: 9/10