/lifestyle/books
Navigation

Recueil de sourires

romy
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

«Papa, est-ce que les feux d’artifice, ça fait mal au ciel?» «Est-ce que les facteurs aussi reçoivent des lettres?» «Est-ce que le o de fantôme, ça prend un accent circoncis?» «Papa, est-ce que tu pourrais déguiser mon crayon?»

La naïveté des enfants donne parfois lieu à des situations cocasses qu’aucun adulte ne pourrait imaginer. Deux papas ont eu la brillante idée de mettre à profit l’innocence et la candeur de leurs ­enfants, et ce, deux fois plutôt qu’une. Après le succès du premier livre, qui ­regroupe les conversations d’un père avec sa petite fille bien en verve, ­Mathieu LeBlanc­­ et Philippe Lagarde ­récidivent avec un deuxième recueil, à trois têtes cette fois-ci, Conversations avec Romy et Aksel.

Questions embêtantes, commentaires assassins, remarques attendrissantes: Romy a grandi et ses raisonnements sont plus profonds. Mais maintenant, elle­­ doit conjuguer avec son petit frère Aksel, qui lui fait concurrence en ­matière de poésie surréaliste. Tous deux ont des choses à dire, et leur papa a ­toujours de quoi noter.

«Tout est écrit sur mon iPhone et j’ai appris qu’il faut que je note sur le champ, dès qu’ils en sortent une bonne, parce qu’avec le premier livre, j’attendais ­d’arriver à la maison pour retranscrire, mais je n’étais pas capable de recréer l’essence du commentaire de Romy; comment elle l’avait dit, quel mot, quelle virgule, quel point. Donc maintenant, je me range sur le côté du chemin si on est en auto, par exemple», explique Mathieu, l’auteur du livre et véritable papa de Romy et Aksel.

Ainsi, au fur et à mesure que ses deux cocos lui pondent du contenu (tout est vrai, il nous l’assure!), Mathieu transmet le tout à Philippe, qui s’occupe d’illustrer les propos avec des dessins aussi ­énergiques et fougueux que les deux protagonistes.

«Ce sont des histoires papa/enfants et visuellement, on voulait que ça se voie. On a une réalité différente de celle des mamans. On ne veut pas présenter des fées Clochette, on veut quelque chose de plus rough, de plus papa, alors on a choisi de travailler en noir et blanc», ­précise Philippe, dont les filles ont aussi pris part à la portion artistique du projet, en signant les «taches graphiques» que l’on trouve à l’intérieur du livre.

Un livre pour adultes

Loin d’être un livre pour enfants, Conversations avec Romy et Aksel vise plutôt une clientèle adulte, principalement les futurs parents, les parents et les grands-parents.

«Je ne considère pas avoir inventé quoi que ce soit, poursuit Mathieu, car les ­parents sont témoins de situations ­semblables chaque jour, mais la seule différence, c’est que j’ai pris le temps de les écrire. Les gens aiment ça, parce qu’ils se reconnaissent. Il y a même des grands-mamans à qui ça rappelle des anecdotes d’antan, quand elles étaient jeunes mères, dans les années 1960-1970. De là, l’espèce d’universalité des mots d’enfants.»

♦ Conversations avec Romy et Aksel est déjà­­ en vente en librairie.