/news/currentevents
Navigation

Une jeune de 20 ans arrêtée et accusée pour avoir mortellement renversé son amour de jeunesse

FD-DÉLIT DE FUITE MORTEL
PHOTO AGENCE QMI, SYLVAIN DENIS

Coup d'oeil sur cet article

La jeune femme accusée hier de s’être enfuie après avoir renversé son amour de jeunesse en voiture aurait eu une relation houleuse avec le jeune homme qui a succombé à ses blessures à Laval.

«Ça me fait beaucoup de peine, même pour la petite, de la voir comme ça. J’espère que c’est un accident, qu’elle n’a pas voulu le tuer.»–Rigaud Dieujeste, oncle de la victime

Maria Christina Umana, 20 ans, a été accusée de délit de fuite causant la mort au palais de justice de Laval hier.

Elle aurait omis de s’arrêter et de porter assistance à son copain Jean Housley St-Jean après l’avoir heurté avec une voiture.

Le corps du jeune homme de 21 ans a été retrouvé dans la rue Duchesneau, jeudi matin, par une joggeuse.

Jean Housley St-Jean, qui a succombé à ses blessures jeudi.
Photo courtoisie
Jean Housley St-Jean, qui a succombé à ses blessures jeudi.

Disputes violentes

Les deux jeunes sortaient ensemble depuis très longtemps, indique Rigaud Dieujeste, l’oncle de la victime.

Les disputes étaient toutefois monnaie courante, selon lui.

«Il voulait la quitter. Il pensait déménager à Miami pour retrouver de la famille là-bas. Mais il ne voulait pas partir avec elle», explique M. Dieujeste.

Rigaud Dieujeste, 70 ans, oncle de la victime.
Photo Le Journal de Montréal, Martin Alarie
Rigaud Dieujeste, 70 ans, oncle de la victime.

Impossible toutefois d’établir un quelconque lien entre ces disputes et l’accident.

Jean Housley St-Jean aurait été violent avec la jeune femme, confie l’oncle du jeune homme.

Il faut dire que Jean Housley St-Jean est aussi connu du service de police. Il devait comparaître plus tard cet automne au palais de justice de Laval pour fraude, vol de cartes de crédit et complot.

Il était aussi accusé d’agression armée, d’avoir infligé des lésions corporelles, de harcèlement criminel et de port d’arme dans un dessein dangereux.

Ses proches, cependant, le connaissaient comme «Ti-Jean», le petit dernier d’une famille de quatre enfants.

«Il était très apprécié de ses amis et il s’occupait beaucoup [d’un membre de la famille] qui est malade», indique son oncle.

Sanglots

La tante de la victime accompagnée d’un membre de la famille.
Photo Le Journal de Montréal, Martin Alarie
La tante de la victime accompagnée d’un membre de la famille.

Les familles de deux jeunes étaient présentes pour la comparution de la jeune femme, hier. L’émotion était à son comble.

Maria Christina Umana est arrivée les lèvres tremblantes. Elle a éclaté en sanglots au moment de quitter la salle et s’est retenue à la porte pour jeter un dernier regard à ses parents. Ces derniers étaient en larmes.

Malgré la tournure des événements, Rigaud Dieujeste s’est dit touché par la comparution de la jeune fille.

«Ça me fait beaucoup de peine, même pour la petite, de la voir comme ça. J’espère que c’est un accident, qu’elle n’a pas voulu le tuer», a-t-il dit.

— Avec la collaboration de Dominique Scali

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.