/news/education
Navigation

Il perd sa classe après une semaine d’école

Guillaume Bellavance
Photo Agence QMI, Anne-Marie Provost Guillaume Bellavance

Coup d'oeil sur cet article

Guillaume Bellavance espérait pouvoir enseigner toute l’année au groupe d’élèves qu’on lui avait attribué pour cette année. Mais à 7h45 mardi matin, 30 minutes avant la cloche, on lui a annoncé qu’il perdait le poste.

«On me l’a annoncé sans préavis», laisse tomber l’homme de 28 ans.

Le professeur au statut précaire de suppléant enseignait depuis une semaine six matières à un groupe de jeunes en secondaire 1, à l’école Édouard-Montpetit.

Mais une enseignante avec plus d’ancienneté que lui et sans classe a mis son nom sur la liste d’affichage vendredi dernier. Comme la Commission scolaire de Montréal (CSDM) donne priorité aux plus anciens, Guillaume Bellavance a du lui céder sa place.

«Je suis passé à mon pigeonnier. La secrétaire m’a interpellé et m’a présenté la nouvelle enseignante. C’était gênant pour tout le monde. Ce n’est pas le fun pour la personne qui se sent mal de remplacer l’autre, pour la personne qui perd sa job et pour les élèves», affirme-t-il.

Selon lui, il devrait y avoir plus de soutien aux enseignants précaires car ceux-ci vivent beaucoup d’incertitudes.

Pas exceptionnel

L’Alliance des professeures et professeurs de Montréal affirme que, sans être normale, il ne s’agit pas d’une situation exceptionnelle.

«En juin, tout le monde essaye de prévoir le nombre de profs nécessaires mais à cause des déménagements sans avis en juillet, ça change les listes d’inscrits à la rentrée. Il faut ajuster en coupant ou en ajoutant des profs après la rentrée», explique Yves Parenteau, conseiller aux communications.

Il ajoute que depuis cinq ans, à cause des compressions, la CSDM préfère avoir moins de classes avec plus d’élèves, ce qui entraîne des coupures de postes.

Si le syndicat peut difficilement aider un employé devant une telle situation, M. Parenteau souligne que dans le cadre des négociations actuelles avec le gouvernement, on demande à ce qu’il y ait plus de postes de professeurs permanents.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.