/news/transports
Navigation

Uber ferait augmenter le nombre de taxis illégaux à Sept-Îles

Au centre, Daniel Blais, président de Taxi Carillon Sept-Îles, en compagnie de chauffeurs de Sept-Îles qui dénoncent le phénomène des «taxis fantômes».
Photo collaboration spéciale, Emy-Jane Déry Au centre, Daniel Blais, président de Taxi Carillon Sept-Îles, en compagnie de chauffeurs de Sept-Îles qui dénoncent le phénomène des «taxis fantômes».

Coup d'oeil sur cet article

Les chauffeurs de taxi de Sept-Îles constatent une hausse des taxis illégaux dans la région et pointent du doigt Uber comme principal responsable de l’ampleur que prend le phénomène. 

Bien que la controversée application Uber ne soit pas implantée sur la Côte-Nord, les chauffeurs de taxi de Sept-Îles affirment en subir les conséquences.

Ils remarquent une hausse du nombre de taxis illégaux qu’ils surnomment «taxis fantômes», depuis la popularisation du concept Uber dans les grands centres. 

«Uber s’est implanté dans les grands centres, mais le phénomène a fait en sorte que la compréhension des gens c’est que tout le monde a le droit de faire du taxi», a expliqué au Journal, Daniel Blais, président de Taxi Carillon Sept-Îles.

La seule compagnie de taxi de la localité compte une trentaine de chauffeurs qui craint les conséquences de ces «taxis fantômes».

«Avec la publicité de Uber, il y a des gens qui ont aussi pris l’initiative d’en faire. Ils se disent «si Uber en fait, bien moi j’en fais» et c’est de plus en plus présent dans notre région», a déploré M. Blais.

«Ça a toujours un peu existé, mais là, le phénomène a pris de l’ampleur depuis les 6 derniers mois», a-t-il ajouté.

Impossible cependant  pour lui de mettre un chiffre précis sur le nombre de taxis illégaux présents à Sept-Îles.

Injustice

Sans permis ni assurances adéquates, ces pseudos chauffeurs voyageraient des personnes en gérant la demande par cellulaire.

Cette façon faire est totalement injuste selon Daniel Blais, alors que les taxis enregistrés ont, eux, de nombreuses dépenses à effectuer afin d’être conformes aux lois.

«La vérification mécanique à tous les 6 mois, on paye nos assurances un prix phénoménal parce qu’on voyage du public, l’enregistrement nous coûte 1000$ par année, plutôt qu’une voiture ordinaire à 200. On ne peut pas avoir une voiture plus vieille que cinq, etc...», a vivement fait valoir M. Blais.

«Demain matin, les restaurateurs feraient quoi si n’importe qui décidait de s’ouvrir un restaurant dans sa maison, dans son garage», a-t-il illustré.

Dénonciations difficiles

Questionné par le Journal, Contrôle routier Québec, une agence d’application de la loi rattachée à la Société de l’assurance automobile du Québec, se dit bien au fait de la présence de transports illégaux et effectue plus de 1000 interventions annuellement, uniquement en lien avec le transport de personnes par automobile.

L’organisation rappelle que «que ce soit par l’entremise de l’application mobile UberX, d’une autre application mobile, ou encore via une annonce dans un journal ou sur Kijiji, le fait d’offrir ou d’effectuer un transport rémunéré de personnes sans détenir le permis prescrit constitue une infraction au sens de la Loi concernant les services de transport par taxi.»

Mais les taxis de Sept-Îles peinent à dénoncer aux autorités les contrevenants.

«On essaye de les dénoncer, mais il n’y a pas grand-chose qui se produit. Ça prend des preuves, il faudrait quasiment les suivre et les filmer pour avoir une preuve de ça», a déploré Daniel Blais.

Ce dernier ajoute que les chauffeurs de taxi pourraient faire pression sur le gouvernement, si des moyens concrets ne sont pas pris pour enrayer le phénomène.

«On prépare un plan d’action. On en est à discuter des moyens de pression qu’on va prendre pour faire réagir», a-t-il avancé.

Au terme d’une rencontre entre des membres de l’industrie du taxi et le ministre des Transports, Robert Poëti, le cabinet a laissé savoir la semaine dernière que l’intention du gouvernement était de moderniser l’industrie du transport de personnes par le biais de projets-pilotes et de modifier la loi en vigueur concernant le transport par taxi.