/misc
Navigation

Centre Vidéotron: les architectes n'ont négligé aucun détail

Michel Veilleux soutient que l’amphithéâtre de Québec deviendra un modèle en Amérique du Nord en raison de la qualité exceptionnelle du son.
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés Michel Veilleux soutient que l’amphithéâtre de Québec deviendra un modèle en Amérique du Nord en raison de la qualité exceptionnelle du son.

Coup d'oeil sur cet article

Foi de l’architecte Michel Veilleux, les gens de Québec pourront se «péter les bretelles» à propos de la qualité du son de leur nouvel amphithéâtre. Le Centre Vidéotron sera «le plus performant d’Amérique du Nord».

Aucun détail n’a été négligé pour offrir une expérience acoustique unique, insiste l’adjoint du chargé de projet (François Moreau) chez ABCP Construction. Même si le budget global est passé de 400 M$ à 370 M$, la Ville n’a «jamais coupé sur la qualité sonore» du bâtiment, assure-t-il.

Les architectes ont consulté les «meilleurs» de l’industrie en s’associant notamment à Populous, à WHJW et à la société montréalaise Go Multimédia.

Ils ont mis le paquet dans la conception du bâtiment afin d’éviter les retours de son.

«On s’est inspirés du Consol Energy de Pittsburgh, mais on a surpassé leurs critères de qualité. On a des coursives beaucoup plus ouvertes, parce qu’on n’a pas de contreventement et on a mis davantage d’absorption dans le bâtiment», explique-t-il en entrevue.

Des sièges en tissu, des toiles acoustiques suspendues au plafond et des panneaux métalliques perforés installés sur les murs et les coursives sont autant d’éléments qui ont un impact sur la réverbération du son.

«Il y a 15 000 m2 de surfaces acoustiques tout le tour de l’enceinte [plafonds et murs], ce qui est quand même considérable. Les panneaux sont bien intégrés, ça ne paraît pratiquement pas. Ils ont été faits sur mesure et ils ont été peinturés de la même couleur que les murs, donc ils se fondent avec l’ensemble.»

Ventilation sous les gradins

Afin d’éviter les turbulences liées à la ventilation provenant du plafond, les architectes ont également conçu des gradins en béton avec des conduits de ventilation intégrés.

«Tous les gradins du bas sont ventilés à basse vélocité par les sièges, comme on le ferait pour un orchestre symphonique [comme au Palais Montcalm]. Je crois qu’il n’y a aucun amphithéâtre qui est conçu de cette façon-là. Je n’en connais pas. Ça augmente le confort des spectateurs et ça diminue le bruit causé par la ventilation.»

Aucune comparaison possible

Les habitués des concerts pop, rock ou métal au Colisée Pepsi n’en croiront pas leurs oreilles au Centre Vidéotron, assure M. Veilleux. Il n’y a même aucune comparaison possible à ses yeux. «Ça n’a rien à voir! C’est carrément le jour et la nuit. Au niveau sensoriel, ce que les gens ont vécu au Colisée, ça ne se compare même pas avec ce qu’ils vont vivre comme expérience dans le nouvel amphithéâtre... Je n’ai même jamais osé comparer les deux!»

Lorsqu’il nous a accordé cette entrevue, fin juillet, Michel Veilleux venait d’assister à des tests de son. Il avait été renversé par le résultat. «J’ai eu des pincements au cœur à entendre le son qui sortait de partout. On en était encore aux réglages, mais le son était déjà clair, limpide et parfait.»