/misc
Navigation

Le Centre Vidéotron, un rêve devenu réalité

cocktail Regis Labeaume
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Novembre 2008

Mario Bédard du groupe J’ai ma place.
Photo d'archives, Le Journal de Québec
Mario Bédard du groupe J’ai ma place.

 

L’idée d’un nouvel amphithéâtre pour Québec fait surface avec la création du groupe J’ai ma place, par Mario Bédard. Après avoir évoqué l’idée que la LNH pourrait revenir à Québec, en 2007, le maire Régis Labeaume annonce son intention de créer un groupe de travail sur la construction d’un nouvel amphithéâtre. Puis, en pleine campagne électorale provinciale, le chef libéral Jean Charest évoque la nécessité d’un nouvel amphithéâtre pour Québec et propose d’y injecter 50 M$. Le projet, tout comme une candidature olympique, se trouve au cœur de la plateforme électorale de son parti pour la région de Québec.

Septembre 2009

La firme SNC-Lavalin remet son rapport sur les coûts de l’amphithéâtre à la Ville de Québec, les estimant à 383 M$.

Septembre 2010

La firme Ernst and Young dépose un rapport démontrant qu’un nouvel amphithéâtre à Québec serait rentable même sans

équipe de la LNH. On estime les retombées économiques à 500 M$ sans équipe, et à 600 M$ avec équipe.

Octobre 2010

La Marche bleue se déroule sur les plaines d’Abraham, afin de signifier l’appui de la population de Québec à un nouvel amphithéâtre et au retour d’une équipe de la LNH. L’événement attire une foule de 60 000 personnes.

Février 2011

Le gouvernement Charest annonce un investissement de 200 M$ dans le futur amphithéâtre, qui comptera 18 000 places. La Ville injectera pour sa part 185 M$, et J’ai ma place contribuera pour 13 M$. Le PQ dépose le projet de loi 204 qui vise à protéger l’entente de gestion entre la Ville de Québec et Québecor.

Mars 2011

Le maire Labeaume annonce que Québecor sera le gestionnaire de l’amphithéâtre. «Le rêve devient réalité», clame-t-il.

Mai 2011

L’ex-directeur général de la Ville de québec, Denis De Belleval.
Photo d'archives, Le Journal de Québec, Simon Clark
L’ex-directeur général de la Ville de québec, Denis De Belleval.

L’ex-directeur général de la Ville Denis De Belleval annonce qu’il contestera en cour l’entente de gestion, qu’il juge illégale.

Juin 2011

L’Assemblée nationale accueille la Commission parlementaire sur le projet de loi 204, qui vise à protéger l’entente sur la gestion de l’amphithéâtre entre la Ville et Québecor. Trois députés du PQ démissionnent parce qu’ils s’y opposent.

Septembre 2011

La Ville et Québecor signent l’entente de gestion, qui s’échelonne sur 25 ans et prévoit deux scénarios, avec ou sans équipe de la LNH. Le projet de loi 204 est adopté à l’Assemblée nationale.

Septembre 2012

Les travaux de construction de l’amphithéâtre débutent et doivent se poursuivre pour trois ans. L’étape est marquée par la journée «J’ai ma pelle bleue», et des dizaines de milliers de personnes se retrouvent sur le site afin de souligner le tout.

Octobre 2012

La Ville dévoile les croquis du nouvel amphithéâtre, qui se veut une représentation architecturale de l’hiver québécois.

Mai 2013

Première visite officielle du chantier de l’amphithéâtre.
Photo d'archives, Le Journal de Québec, Simon Clark
Première visite officielle du chantier de l’amphithéâtre.

Première visite officielle du chantier de l’amphithéâtre.

Septembre 2014

À un an de l’ouverture officielle, le maire convie les médias à une quatrième visite de l’amphithéâtre. Le toit est posé, la structure d’acier est complétée.

Février 2015

À titre de gestionnaire de l’amphithéâtre, Québecor annonce une entente de partenariat avec Live Nation, plus important producteur de spectacles et de tournées au monde. Le maire confirme que le vieux Colisée de Québec, bâtiment désuet qui date de 1949, sera démoli.

Avril 2015

Une entente survient entre Québecor et AEG, autre géant du divertissement, ce qui ouvre la porte pour accueillir les plus grandes stars du monde de la musique.

Manon Brouillette Présidente et chef de la direction de Vidéotron.
Photo d'archives, Le Journal de Québec, Didier Debusschère
Manon Brouillette Présidente et chef de la direction de Vidéotron.

Le nouvel amphithéâtre portera le nom de «Centre Vidéotron», annonce le gestionnaire du bâtiment. En vertu de l’entente sur les droits d’identification signée avec Québecor, la Ville recevra donc un chèque de 33 M$ sur 25 ans, somme qui sera portée à 63,5 M$ si une équipe de la LNH revient.

Juin 2015

Le maire Labeaume annonce que l’amphithéâtre coûtera finalement moins de 400 M$, soit 370 M$. Une partie de l’argent non utilisé sera investi dans la place publique devant le bâtiment, qui sera nommée dans les semaines suivantes en l’honneur de Jean Béliveau. Pendant ce temps, le commissaire de la LNH, Gary Bettman, lance formellement un processus d’expansion. Québec et Las Vegas sont dans la course pour obtenir une nouvelle franchise.

Juillet 2015

Le 15 juillet, c’est la remise de clés de la Ville à Québecor. Le maire avait parlé d’une fête pour souligner le tout, mais on préfère finalement attendre l’ouverture officielle.

Septembre 2015

Des célébrations marquent l’ouverture du nouveau bâtiment, qui accueillera divers événements et spectacles afin de souligner cette étape importante, don’t Metallica et Madonna.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.