/entertainment/shows
Navigation

«La promesse a été tenue»

«Nous avons apporté des marteaux pour détruire la bâtisse», a blagué le batteur Lars Ulrich.
Photo Le Journal de Québec, Daniel Mallard «Nous avons apporté des marteaux pour détruire la bâtisse», a blagué le batteur Lars Ulrich.

Coup d'oeil sur cet article

«Je t’avais dit que nous serions de retour. La promesse a été tenue.»

Le sourire aux lèvres, l’air franchement heureux d’être à Québec, le batteur Lars Ulrich n’a pas manqué de rappeler que son souhait de voir Metallica fermer le Colisée Pepsi et inaugurer le Centre Vidéotron, exprimé dans nos pages, en décembre 2013, n’était pas des paroles en l’air, lors d’une rencontre avec Le Journal, quelques minutes avant de monter sur scène, lundi soir.

«Je me rappelle quand nous nous sommes parlé et que je t’ai dit ça. Nous savons que nous avons une relation très spéciale avec Québec. Ce n’est pas du bla bla quand je dis ça. Et nous voilà. Cela a porté fruit», a confié Ulrich.

«Nous avons apporté des marteaux pour détruire la bâtisse», a-t-il blagué.

«Passage du flambeau»

Selon le musicien, il n’était pas simple de caser les deux concerts dans l’horaire du groupe, qui est actuellement en train de travailler sur un nouvel album et dit se rendre au Brésil à la fin de la semaine.

«Mais quand l’offre est arrivée, nous avons pensé que c’est quelque chose que nous devions à nos fans de Québec et cette partie du Canada. C’est une sorte de passage du flambeau.»

 

Le t-shirt Metallica soulignant le dernier spectacle de l'histoire du Colisée de Québec.
Photo Journal de Québec, Cédric Bélanger
Le t-shirt Metallica soulignant le dernier spectacle de l'histoire du Colisée de Québec.

«Une soucoupe volante géante»

Arrivés dans la capitale en jet privé vers 17h45, Ulrich, James Hetfield, Kirk Hammett et Robert Trujillo ont pu voir le Centre Vidéotron pour la première fois alors qu’ils faisaient route vers le Colisée Pepsi.

«On dirait un truc arrivé du futur, comme une soucoupe volante géante. Ça semble très moderne», a dit Ulrich.

Sur scène, le groupe prévoit jouer environ six ou sept chansons identiques les deux soirs. Pour le reste, ce sera deux alignements différents. Avec un parfum de nostalgie?

«Je dirais que nous allons fournir la trame sonore de cette dernière soirée au Colisée et il reviendra aux fans d’apporter l’élément de nostalgie», a répondu Ulrich, en parsemant son propos de références aux Nordiques et en rappelant le nombre exact de concerts de Metallica au Colisée.

Pour ce qui est de mercredi au Centre Vidéotron, «ce sera le futur», a indiqué Ulrich.

Album en 2016

Le batteur ne s’est pas avancé sur une date pour la sortie de l’album qui est présentement en chantier. «Pas mal certain que ce sera quelque part au milieu de 2016», a répondu Ulrich, tout en spécifiant qu’il ne voulait pas être trop précis.

«Après notre show à Rio, samedi, nous retournons en studio mardi. Nous sommes là-dedans à temps plein. Plusieurs chansons sont enregistrées.»

Lars Ulrich n’a pas voulu annoncer l’orientation musicale que prendra Metallica. «Je n’ai pas encore eu la chance d’écouter les chansons en roulant dans mon auto.»