/sports/others
Navigation

Grandes ambitions au cross-country

Le Rouge et Or croit rafler un premier championnat

Grandes ambitions au cross-country
Photo Le Journal de Québec, Simon Cliche

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois en cinq ans, l’équipe de cross-country de l’Université Laval débutera sa saison sans son as Charles Philibert-Thiboutot.

Même si ce dernier a épuisé ses cinq années d’admissibilité universitaire, l’entraîneur Félix-Antoine Lapointe caresse de grandes ambitions.

«Même si Charles, le leader de l’équipe, a terminé, nous misons sur une excellente formation avec une belle profondeur. Nous sommes favoris dans la province et l’objectif est de bien faire sur la scène nationale.

«Nous avons été médaillés dans les trois dernières années. Maintenant, nous voulons remporter le championnat national. Ça fait neuf ans de suite que Guelph gagne, mais cette année, on peut rivaliser avec eux.»

Athlètes à surveiller

Selon Lapointe, les capitaines Benjamin Raymond et Dany Racine ainsi qu’Alexandre Ricard seront à surveiller. Le Rouge et Or pourra aussi miser sur le retour d’Emmanuel Boisvert, qui reviendra dans le giron pour une dernière année.

«Individuellement, je n’ai pas un athlète en particulier pouvant aspirer au podium, mais plusieurs peuvent espérer terminer dans le top 15 au pays.

«Dans le classement par équipe, on prend les cinq meilleurs. Sur papier, notre cinquième est meilleur que notre cinquième de l’an dernier. On peut donc faire aussi bien, sinon mieux que l’année passée.»

Alex Bussière et Patrick Rouleau sont deux des rares recrues ayant pu faire leur niche chez le Rouge et Or.

«J’ai dû faire des choix déchirant pour choisir mes 18 gars, mais ce fut un beau problème», a confié Lapointe.

Les femmes

Pour la première fois depuis plusieurs années, les femmes débuteront la campagne en tant que championnes provinciales en titre.

«L’objectif sera bien entendu de répéter, mais ça sera serré entre Laval et McGill. Au Canada, les femmes ont pris le septième rang. Nous souhaitons donc améliorer cette position.» Marguerite Plante-Dubé, qui a terminé deuxième, l’an dernier, au Québec, est de retour pour sa quatrième année.

Dans le premier top ten de la saison, Laval se trouvait en deuxième position chez les hommes et cinquième chez les femmes.

«Puisque ce sont les entraîneurs qui votent, ça veut dire qu’il y a un respect à travers le Canada pour notre programme. Même si c’est sur le terrain que ça se joue et que le top ten n’a pas plus d’importance que ça, c’est toujours plaisant», a conclu Lapointe.

Le Rouge et Or débutera sa saison en fin de semaine, à Sherbrooke et à Guelph, en Ontario.