/sports/baseball
Navigation

LBJEQ: les Diamants en finale

Dominik Walsh, le gérant des Diamants, croient aux chances de ses hommes de vaincre les Aigles de Trois-Rivières en finale de la LBJEQ
Photo d'archives Dominik Walsh, le gérant des Diamants, croient aux chances de ses hommes de vaincre les Aigles de Trois-Rivières en finale de la LBJEQ

Coup d'oeil sur cet article

En raison de leur victoire en cinq rencontres sur les Castors CDE de Charlesbourg, les Diamants de Québec ont obtenu, pour la deuxième année de suite, leur laissez-passer pour la finale de la LBJEQ.

Pour les protégés de Dominik Walsh, les champions en titre, la tâche ne sera pas facile puisqu’ils croiseront le fer avec les puissants Aigles de Trois-Rivières. En plus du titre de la saison régulière, les Trifluviens ont remporté le championnat canadien.

«C’est clair à 100% que les Aigles constituent le gros club. Les Aigles de cette année ont pratiquement la même histoire que nous, l’an dernier. Ils ont tout gagné en établissant un record pour la plus longue série de victoires consécutives. La seule chose qui leur manque est le championnat des séries, estime le gérant Walsh, qui estime que la force de son équipe réside au monticule.

«Pour l’avoir vécu l’an dernier, ce dernier est le plus difficile à aller chercher en raison de la pression. Tout le monde s’attend à ce que tu gagnes. De notre côté, nous souhaitons qu’ils ne répètent pas notre exploit de l’an dernier. On veut créer la surprise de l’année.»

Le releveur Félix-Alexandre Trudel, surnommé «Fat», a déjà établi une marque de la LBJEQ avec cinq sauvetages.

«Il fait un immense boulot depuis le début des séries.»

Deux de suite?

Les derniers à avoir remporté deux titres de suites sont les Ducs de Longueuil, en 2006 et 2007.

«C’est difficile d’être compétitif à chaque année. L’an dernier, nous avions misé beaucoup en effectuant des gros échanges pour gagner.

«Cette année, nous nous attendions à une belle saison, on savait que tout était possible. Je ne pense toutefois pas qu’au début des séries, beaucoup de gens auraient parié que nous atteindrions la finale. Être rendu est un exploit, mais nous ne nous contenterons pas de ça.

«Nous y sommes en raison de nos efforts collectifs. Chaque gars amène une certaine énergie, ils connaissent leur rôle. Sans avoir l’équipe la plus impressionnante sur papier, c’est très difficile de nous affronter, car nous n’abandonnons jamais. Les gars savent ce que ça prend pour gagner», a assuré Walsh.

Les deux premiers matchs de la série finale seront disputés samedi, à Trois-Rivières, et dimanche, à Québec.