/news/health
Navigation

CIUSSS de la Capitale-Nationale: «On donne de bons soins»

Il y a toutefois place à l’amélioration, selon le PDG du CIUSSS de la Capitale-Nationale

Le PDG du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, Michel Delamarre.
Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschère Le PDG du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, Michel Delamarre.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a encore place à l’amélioration dans les établissements de santé, mais on y retrouve une bonne qualité de soins, estime le PDG du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, Michel Delamarre.

«Je suis tout à fait d’accord qu’on peut améliorer l’organisation du travail et la façon dont on donne les soins. Attention cependant de ne pas généraliser. Lorsque je fais le tour des CHSLD du territoire, je vois des gens très fiers du travail qu’ils font», souligne M. Delamarre, après que Le Journal ait révélé, vendredi, les grandes lignes d’une étude universitaire dans laquelle des infirmières québécoises sonnent l’alarme sur la dégradation des soins.

Critiques à l’endroit de leurs gestionnaires, les infirmières dénoncent principalement la surcharge constante qui les empêche, selon elles, d’offrir des soins optimaux.

Transferts administratifs

«On a des gestionnaires dédiés qui ont le souci d’améliorer leurs équipes. L’aspect budgétaire est une des composantes de nos organisations dont il faut tenir compte. Notre “job” comme gestionnaire, c’est de s’assurer de rendre des services de meilleure qualité avec les ressources qu’on a», affirme M. Delamarre.

Depuis le 1er avril, l’intégration de plusieurs établissements au sein du CIUSSS de la Capitale-Nationale offre l’opportunité, selon lui, de dispenser les services différemment, de façon plus optimale.

Ainsi, d’ici la fin novembre, l’ensemble des programmes de gériatrie, de psychiatrie et de liaison de première ligne du CHU de Québec et de l’IUCPQ (hôpital Laval) passera sous la gouverne du Centre intégré.

Ces changements administratifs sont de taille puisque plus de 1000 employés et médecins relèveront donc désormais du CIUSSS. Ce dernier est à finaliser les transferts de budget et les ententes de service (entretien ménager, pharmacie) avec les hôpitaux concernés.

Mandat du ministère

Il n’est pas prévu, pour le moment, que les services de gériatrie et de psychiatrie soient déménagés, spécifie M. Delamarre. Il confirme toutefois avoir reçu le mandat du ministère de la Santé d’évaluer s’il y a moyen d’organiser les services de psychiatrie en dehors de l’hôpital de l’Enfant-Jésus, dans la foulée du futur mégahôpital.

«Cela mérite d’être regardé. Nous avons différentes options devant nous. D’emblée, on est conscients des enjeux», remarque M. Delamarre.