/news/health
Navigation

Projet de loi 10: 38 millions $ en indemnités de départ

Caucus liberal
Simon Clark/Agence QMI Le ministre Gaétan Barrette.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a dû allonger près de 40 millions $ pour mettre à la porte les cadres du réseau de la santé, largués à la suite de la mise en œuvre de la loi 10, a appris TVA Nouvelles.

Le 1er avril, les agences de santé ont été remplacées par des Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS). Six mois après le début de cette réorganisation, le gouvernement comptabilise 1131 départs.

Près de 400 de ces cadres ont touché une prime de séparation. Une demande d’accès à l’information nous révèle que le total pour les dédommager s’élève à 37,6 millions $.

Avec un total de 6,6 millions $, c’est dans la Capitale-Nationale où les indemnités auront coûté le plus cher aux contribuables. Vient ensuite la région de l'Estrie, où on calcule environ 3 millions $ en frais de départs. La somme s'élève à 2,4 millions $ pour la Montérégie-Est et à 2,2 millions $ pour l'Est de Montréal et les Laurentides.

Jusqu’à 100 millions $ d’indemnités de séparation?

Selon l’Association des gestionnaires des établissements de santé et de services sociaux (AGESSS), le ministre n’a pas encore vu le total de la facture. «On est convaincus que ça va aller jusqu'à 100 millions $», a indiqué Yves Bolduc, le président de l’AGESSS.

Il explique que les chiffres ne tiennent pas compte de tous les bénéfices marginaux que Québec devra verser, en plus de l'argent accordé à tous ceux forcés de partir en préretraite.

«Certains vont aussi quitter avec une année de salaire à la retraite, a ajouté M. Bolduc. Ces gens-là ne sont pas comptabilisés actuellement et on parle quand même de 375 à 400 personnes». Les gestionnaires congédiés entendent réclamer leur dû, a-t-il ajouté.

Pour le ministre Barrette, la restructuration permettra de faire des économies importantes à terme : «38 millions de dollars $ en primes de départ, c'est un chiffre qu'on avait anticipé, tout comme on a anticipé qu'on allait faire une économie de 220 millions $ pour l'ensemble de l'exercice. Aussi, dans la loi 10, vous vous rappellerez qu'on avait limité les indemnités de départ qui, dans les contrats initiaux, étaient de deux ans. On a limité ça à un an».

L'AGESS répond qu'elle aurait pu réduire considérablement les effectifs d'ici un an, en favorisant des départs à la retraite volontaires. «On aurait été capable de minimiser l’impact financier et dégager ces sommes-là pour les services, estime M. Bolduc. Il aurait fallu qu’on puisse entamer des discussions et s’asseoir avec le ministre ». Selon ce dernier, l'empressement du ministre coûtera cher aux contribuables.

Indemnités de départ versées par région 

Capitale-Nationale : 6,6 millions $

Estrie : 2,8 millions $

Montérégie-Est : 2,4 millions $

Est-de-l’Île-de-Montréal : 2,2 millions $

Laurentides : 2,2 millions $

Nord-de-l’Île-de-Montréal : 2 millions $

Montérégie-Ouest : 1,9 million $

Saguenay-Lac-Saint-Jean : 1,9 million $

Chaudières-Appalaches : 1,8 million $

Bas-Saint-Laurent : 1,7 million $

Mauricie et Centre-du-Québec : 1,6 million $

Outaouais : 1,2 million $

Gaspésie : 1,2 million $

Abitibi-Témiscamingue : 1 million $

Montérégie-centre : 1 million $

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.