/lifestyle/outings
Navigation

Aux fourneaux chez la Folle fourchette

DM  joggeuse-01
Photo Le Journal de Québec, Daniel Mallard Les propriétaires de la Folle fourchette, Cyane Tremblay (à gauche) et Sophie Grenier-Héroux.

Coup d'oeil sur cet article

Question de souligner en grand ses deux années d’existence, la Folle fourchette dans Limoilou se dote d’une cuisine flambant neuve afin de pouvoir offrir, chez elle, des ateliers de popote de tous genres qui devraient séduire les épicuriens.

L’idée d’ajouter un espace cuisine au charmant petit commerce de la 3e Avenue trottait dans la tête des propriétaires depuis le début de leur aventure. Le rêve est sur le point de devenir réalité alors que Sophie Grenier-Héroux et Cyane Tremblay sont sur le point d’achever la conception de leur tout nouvel espace, construit au coût de quelque 40 000 $.

«On voulait faire ça, créer une cuisine, un lieu accessible par la boutique, mais aussi indépendant et fermé pour faire des fêtes, des showers ou des partys de Noël, pendant que la boutique roule. On voulait un espace que les gens pourraient louer aussi», explique Sophie Grenier-Héroux, cuisinière passionnée et autodidacte.

Deux volets

Le duo compte offrir deux types d’ateliers: participatif et théorique. Le premier se veut un cours de cuisine clé en main et touchant à tous les genres (techniques de base, cuisine indienne, tapas, desserts sucrés, etc.) durant lequel les participants auront ce qu’il faut pour concocter un plat de A à Z. Le second s’inscrit dans un concept de démonstration culinaire.

«On pourrait inviter le chef Arnaud Marchand de chez Boulay, par exemple. Il vient cuisiner avec des techniques plus poussées, des ingrédients moins connus, la cuisson sous vide, des affaires un peu plus pointues. Les gens observent, prennent des notes et mangent ce que le chef a cuisiné», résume-t-elle.

Convivial

L’expérience se voudra conviviale, assurent les deux jeunes femmes d’affaires. «En venant ici, les gens vont être à l’aise, ils n’auront pas à faire le ménage chez eux, on s’occupe de tout! Tu viens ici, tu fais ton cours, tu repars avec tes plats que tu as cuisinés ou tu manges sur place et c’est fini. Et les gens vont pouvoir répéter à la maison ce qu’ils ont fait à la Folle fourchette», résume Sophie.

Les différents types d’ateliers offerts, qui pourront accueillir jusqu’à une dizaine de participants, seront dévoilés sous peu. «On va s’ajuster en fonction de la demande. Au début ça va être à la carte, sous différentes formules. Il va y avoir des cours d’une heure, de trois heures, sur différentes plages horaires pour pouvoir convenir à tout le monde. On veut rejoindre autant les familles, les femmes enceintes, les retraités, les gens qui travaillent de jour», avance Cyane, qui est diplômée en cuisine d’établissement.

Deux ans

De son côté, la sympathique boutique continuera de rouler et d’offrir l’arsenal complet de cuisine pour les curieux ou passionnés.

La Folle fourchette prépare d’ailleurs quelques petites surprises pour le jeudi 1er octobre, alors qu’elle soufflera ses deux bougies. «Passez en boutique, on va être content de partager ça avec le monde», termine Cyane.

La Folle fourchette : 986, 3e Avenue