/news/green
Navigation

Le président de la Semaine du climat met en garde le Québec contre Énergie Est

Mark Kenber
Photo courtoisie, Climate Group Mark Kenber

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK – Le Québec doit se poser les bonnes questions avant de dire oui au projet d’oléoduc Énergie Est, estime l’organisateur de la Semaine du climat à New York.

«Est-ce vraiment le meilleur investissement? Il est beaucoup plus rentable de mettre son argent dans l’efficacité énergétique ou l’électrification des transports», affirme le président du Climate group Mark Kenber en entrevue avec le Journal.

M. Kenber, qui rencontrait le premier ministre Philippe Couillard dimanche en fin de journée, ne tarissait pas d’éloge à l’endroit du Québec. «Le Québec peut et démontre un leadership remarquable pour la lutte aux changements climatiques. Il a des cibles de réduction de GES beaucoup plus ambitieuses que celles du gouvernement fédéral et de beaucoup de régions dans le monde. Il donne un exemple que plusieurs régions peuvent suivre», a-t-il affirmé.

Il souligne cependant qu’une politicienne comme Hilary Clinton a probablement pris la bonne décision en disant non au projet de Keystone XL. Ce projet de pipeline de TransCanada vise à exporter le pétrole albertain vers les États-Unis. L’entreprise canadienne compte aussi construire un oléoduc qui traversera le Québec et l’Ontario pour acheminer la substance vers le Nouveau-Brunswick pour le vendre à l’étranger par voie maritime.

«Lorsque vous analysez ce type d’infrastructure, il ne faut pas seulement penser à aujourd’hui, mais à ce qu’elles serviront à l’avenir. Nous devrons complètement décarboniser notre production d’électricité d’ici 25 ans», affirme M. Kenber. Ce dernier se demande pourquoi on bâtirait «une infrastructure gigantesque et coûteuse» qui permettrait au contraire une augmentation de production d’énergie fossile.

Il croit plutôt que les États doivent miser sur la nouvelle économie verte.

Fondé en 2004, le Climate Group est un organisme indépendant sans but lucratif qui collabore avec des multinationales, des villes et des gouvernements d'États fédérés sur la question de la lutte contre les changements climatiques. Le Québec y est membre depuis 2008.

Le premier ministre Philippe Couillard est à New York demain. Il prononcera un discours sur la participation des États fédérés lors du «Climate Week». 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.