/opinion/columnists
Navigation

Lettre à monsieur Mulcair

Coup d'oeil sur cet article

Je me permets de vous reparler d’un sujet que vous n’aimez pas et que vous espérez sans doute voir disparaître de la présente campagne électorale, même si vous serez sûrement encore interpellé là-dessus par M. Duceppe et M. Harper lors des duels à TVA vendredi.

Je me permets de vous reparler d’un sujet que vous n’aimez pas et que vous espérez sans doute voir disparaître de la présente campagne électorale, même si vous serez sûrement encore interpellé là-dessus par M. Duceppe et M. Harper lors des duels à TVA vendredi.

Je parle évidemment du niqab, ce voile intégral qu’une femme – qui n’est même pas encore citoyenne – peut porter selon vous lors de sa cérémonie d’assermentation comme Canadienne.

Piège conservateur

Vous avez raison de penser qu’il s’agit d’un piège des conservateurs qui auraient pu facilement régler le problème, en adoptant un règlement validant la directive du ministre interdisant le niqab à cette cérémonie.

Mais ce n’est pas à vous, Thomas Mulcair, formidable pourfendeur des conservateurs en Chambre, en comparaison duquel Justin Trudeau était un amateur, ce n’est pas à vous que l’on apprendra que la politique est un combat, l’encadrement d’une loi de la jungle où la raison du plus fort est souvent la meilleure.

Or, ne vous en déplaise, les conservateurs ont réussi quelque chose de fort et d’important dans cette affaire. Quelque chose qui n’est pas qu’une distraction par rapport aux vrais enjeux intéressant les Canadiens, car cela touche au cœur de leur identité et de leurs valeurs.

Stephen Harper vous a obligé à reconnaître que vous vous refusiez à mettre quelque limite que ce soit au multiculturalisme canadien, même quand ce dernier offense le bon sens le plus élémentaire. Car faut-il vous rappeler, M. Mulcair, qu’il est question ici d’une CÉRÉMONIE citoyenne canadienne?

Comme M. Trudeau, vous ne nous parlez ici que de tolérance, de droits individuels et de charte; vous semblez adhérer à l’idée que le multiculturalisme à la canadienne serait littéralement sans limites.

Symbole d’obscurantisme

Lors d’un événement essentiellement symbolique, vous acceptez que le Canada s’incline devant ce symbole d’obscurantisme qu’est le niqab.

À qui ferez-vous croire que tenir à rester intégralement voilé lors de la cérémonie où on devient Canadien est un droit fondamental et non pas un caprice identitaire, une provocation irrespectueuse des valeurs canadiennes et québécoises les plus profondes?

Contrairement à d’autres, je ne vois pas avant tout de l’opportunisme pour séduire l’Ontario dans votre démarche, à laquelle les Québécois s’opposent à bon droit de façon presque unanime.

Vous avez prouvé dans le passé que vous étiez homme de conviction, en vous opposant entre autres à l’intervention militaire en Irak. Votre position semble s’appuyer pour l’essentiel sur votre adhésion au multiculturalisme, y compris dans ses dérives.

Peut-on alors vous rappeler, M. Mulcair, qu’on peut être tolérant, inclusif et ouvert, tout en trouvant que la version canadienne du multiculturalisme confine parfois au délire et qu’il faut lui mettre des limites, sous peine de nourrir l’intolérance et la xénophobie que l’on prétend combattre?

Quelle déception pour les francophones québécois sur lesquels vous vous appuyez dans cette campagne électorale et qui ont le goût de croire en vous!

Quelle erreur historique si vous laissez au seul Stephen Harper le soin de mettre une limite de bon sens au multiculturalisme trudeauiste, dont les excès mêmes sont l’envers de l’incapacité du Canada à reconnaître sa profonde dualité à partir du Québec!

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Sur le même sujet