/misc
Navigation

J’adore le pape

Dénoncer le capitalisme, l’intolérance et parler au nom des moins nantis... Ma foi, c’est Jésus qui parle.

TOPSHOTS-US-VATICAN-RELIGION-POPE
Photo AFP Le pape François a fait un passage fort remarqué aux États-Unis la semaine dernière.

Coup d'oeil sur cet article

Attention, je fais mon coming out: je suis amoureuse de François. Disons que je ne pensais jamais de ma vie trouver l’amour auprès d’un homme d’Église brésilien de 78 ans. Eh oui, j’aime le pape.

Attention, je fais mon coming out: je suis amoureuse de François. Disons que je ne pensais jamais de ma vie trouver l’amour auprès d’un homme d’Église argentin de 78 ans. Eh oui, j’aime le pape.

Mon seul problème, c’est que je suis athée. Non seulement je ne crois ni en Dieu ni en Jésus ni aux anges ni aux trois chevaliers de l’Apocalypse ni à l’arche de Noé, mais, voyez-vous, j’ai la religion en horreur.

Tous les cas d’enfants abusés par les ­prêtres. Les orphelins de Duplessis. Les ­pensionnats pour enfants amérindiens. J’ai hurlé dans mon salon en maudissant l’Église catholique et sa condamnation des ­homosexuels. Je ne parle même pas de tout ce qu’ils ont fait subir aux femmes. Cette ­religion, je l’ai maudite jusqu’au Vatican, en marchant dans Saint-Pierre-de-Rome, à ­regarder ces richesses, cette abondance, cet or qui reluit de partout alors qu’on y scande des «Heureux les pauvres»!

Oui, je me justifie avant d’encenser l’homme de l’heure, le porte-parole de tout ce que je questionne et méprise, cet être qui, sorti de nulle part, déclenche en moi des émotions encore plus fortes que lorsque Brad Pitt apparaît dans mon écran de télé.

Pas parfait

Oui, il a encore une fermeture d’esprit face à la contraception et il ne va ­sûrement pas faire rentrer des femmes prêtres au Vatican cette année et, oui, il a rencontré Kim Davis, une folle furieuse qui veut empêcher les mariages gais. Je sais tout ça, mais QUI s’attendait vraiment à ce que le pape change son discours du tout au tout en nous arrivant avec des «Vive l’avortement!» le bras dans les airs? Je ne m’attends pas à ce qu’un homme d’Église fasse la révolution.

Par contre, monsieur François est cohérent avec Jésus et le Nouveau Testament. Ouverture, pardon, tolérance, justice ­sociale. Vous voyez, je connais ma Bible. J’ai servi la messe, moi, monsieur!

Il a invité Naomi Klein, une femme, ­militante altermondialiste, athée, comme consultante sur le réchauffement climatique au Vatican.

Il dénonce les politiques d’austérité en ­affirmant que c’est une nouvelle forme de ­colonialisme.

Il rappelle aux évêques que leur religion en est une de «culture de dialogue et de la ­rencontre» quand on le questionne sur ­l’homosexualité.

Il lance l’alarme sur le réchauffement de la planète en plein congrès en se faisant dévisager par les républicains climato-sceptiques.

Il insiste sur notre devoir d’accueillir les immigrants sans peur.

Il dénonce la culture de la consommation, en nous rappelant que ces habitudes nous ­replient sur nous-mêmes et nous éloignent les uns des autres.

Dénoncer le capitalisme, la surconsommation, l’austérité, l’intolérance et avoir un ­discours d’ouverture sur le mariage gai et ­l’immigration, parler au nom des moins nantis... Ma foi, c’est Jésus qui parle.

Vent de changement

Depuis longtemps, j’espère qu’un homme d’État ou qu’un président de corporation s’ouvre la trappe pour dénoncer notre ­système, notre économie, notre fermeture et notre repli sur nous-mêmes. Je ne m’attendais jamais à entendre de tels propos venir du pape, surtout que son prédécesseur condamnait la distribution de préservatifs aux Africains, l’homosexualité en général et la magie dans les films d’Harry Potter.

Vous pouvez être en désaccord avec mes propos et vous défouler dans la section commentaires. Je vous présenterai la joue droite. Amen.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.