/finance/business
Navigation

Le MS Asterix arrive à bon port

Le projet Resolve consiste en la conversion d’un porte-conteneurs moderne en un navire pétrolier ravitailleur.
PHOTO COURTOISIE Le projet Resolve consiste en la conversion d’un porte-conteneurs moderne en un navire pétrolier ravitailleur.

Coup d'oeil sur cet article

Le navire commercial MS Asterix a été livré au chantier maritime Davie au cours des derniers jours pour y être transformé en navire ravitailleur pour la Marine royale canadienne.

La livraison du navire s’est faite en toute discrétion. Pourtant, il s’agit d’une étape importante qui était très attendue par les gestionnaires du chantier et les travailleurs puisque la conversion du navire apportera de l’eau au moulin pour plusieurs mois à venir.

«L’acquisition du navire auprès de ses anciens propriétaires est maintenant complétée. L’arrivée de ce porte-conteneurs moderne marque la prochaine étape importante dans le programme Project Resolve visant à convertir le bateau en navire pétrolier ravitailleur d’escadre pour répondre au besoin opérationnel intérimaire de la Marine royale canadienne en ravitaillement en mer», est-il écrit dans un bref communiqué envoyé jeudi en fin de journée.

Le MS Asterix est un porte-conteneurs construit en 2010, en Allemagne. Le navire est d’une longueur de 183 mètres et d’une largueur de 26 mètres. Il est accosté à quai pour le moment, mais il devra entrer en cale sèche éventuellement.

Selon ce qui avait été prévu initialement, le navire devait subir une première transformation au chantier Aecon de Pictou, en Nouvelle-Écosse, mais d’après les informations du président du syndicat des travailleurs, Jean Blanchette, le MS Asterix a plutôt été livré directement à Lévis.

Le projet Resolve appartient à la société Inocea qui est également propriétaire de Chantier Davie.

Bien que le contrat avec le gouvernement fédéral n’ait pas encore été officiellement conclu, le ministère des Travaux publics et services gouvernementaux Canada a signé une lettre d’intention permettant au groupe d’engager des sommes dans le projet.

Une fois converti, le navire sera loué au gouvernement canadien pour une période de temps déterminée.

«C’est une très bonne nouvelle. Quand le produit est ici, ça veut dire qu’on avance. On est plus proche du but», a commenté M. Blanchette.

Les travaux de conversion pourraient s’échelonner sur 20 mois et générer environ 200 emplois additionnels. Les travailleurs, qui avaient été mis à pied au printemps dernier, ont tous réintégré leur poste en raison de l’avancement des travaux sur les deux bateaux de la Société des traversiers du Québec.

«Avec le projet Resolve, le chantier va devoir embaucher du nouveau personnel parce qu’on est pratiquement au bout des listes», a ajouté M. Blanchette.

Près de 1100 personnes travaillent actuellement sur le chantier dont près de 800 employés syndiqués.

«C’est très excitant. Les travailleurs ont fait beaucoup de sacrifices en 2011 quand ils ont accepté une convention collective avec une baisse de salaires et de vacances pour donner une chance de repartir le chantier. Ça nous donne raison aujourd’hui. On a livré un des premiers Cecon, on est le premier chantier en Amérique du Nord et on arrive avec le projet Resolve. On espère que le contrat va se signer le plus rapidement possible. On s’en va par là», a ajouté le président du syndicat.

Dans le carnet de commandes, le chantier Davie détient aussi les contrats de réparation de deux bateaux de la Garde côtière canadienne, soit le NGCC Earl Grey et le brise-glace Henry Larsen, pour un montant de 30 M$. Les deux cales sèches seront occupées à pleine capacité.