/news/society
Navigation

Elle ne pourra pas porter un foulard de pirate sur son permis

Isabelle Narayana
Photo Journal de Montréal, Baptiste Zapirain Isabelle Narayana est une ancienne chrétienne qui dit s’être convertie au pastafarisme lors du débat sur la Charte des valeurs québécoises en 2012. Elle ne comprend pas pourquoi sa photo est acceptée avec un hijab, mais pas avec un foulard de pirate.

Coup d'oeil sur cet article

Une Montréalaise qui veut porter un foulard de pirate sur une photo d’identité au nom d’une religion originale et qui a dépensé 10 000 $ pour se défendre, a vu sa requête rejetée par la Cour supé­rieure.

C’est qu’Isabelle Narayana, 53 ans et col bleu à Montréal, affirme croire en un dieu particulier, le «Monstre en spaghettis volant». Or, selon le pastafarisme, les premiers fidèles étaient des pirates.

Voilà pourquoi Mme Narayana souhaite apparaître avec un foulard de pirate sur la tête sur son permis de conduire.

Elle n’a d’ailleurs eu aucun mal à se faire photographier ainsi en 2012. Mais en mars 2014, un représentant de la SAAQ lui a annoncé que sa photo n’était plus valide et qu’il lui fallait enlever son bandana.

«Je lui ai répondu: “Ça va me faire plaisir, si des gens qui portent d’autres signes religieux ostentatoires enlèvent les leurs”», raconte-t-elle, évoquant voiles et kippas.

Devant le refus de la SAAQ, qui tolère pourtant les couvre-chefs pour des motifs religieux, Mme Narayana décide de porter l’affaire devant les tribunaux.

«Est-ce qu’on est bien dans une société égalitaire? Ce n’est pas ma faute si la SAAQ ne connaît pas ma religion.»

Hijab accepté

Isabelle Narayana
Photo Journal de Montréal, Baptiste Zapirain

Mais le jour où elle dépose sa requête introductive d’instance, elle se rend dans une autre succursale pour se faire photographier. Elle enfile cette fois le costume de Sayyida al Hurra, une ancienne reine des pirates musulmane. Sur la tête, la Montréalaise porte un hijab.

La SAAQ ne conteste pas cette photo.

«Je trouve ça très comique. [...] Je portais un hijab, alors que je ne suis pas musulmane!» s’exclame Mme Narayana, qui semble autant amusée que révoltée.

Mais comme elle détient désormais un permis de conduire en règle, la cour a rejeté le 6 octobre dernier sa requête contre la SAAQ. «Aucun droit de la demanderesse n’est en péril», écrit le juge.

Le juge lui reproche aussi de gaspiller les ressources de la justice en monopolisant pour une demi-journée un huissier, une greffière, des avocats et un juge, le tout pour une cause «loufoque».

Abus de la justice

Il doute en effet que le pastafarisme «soit autre chose qu’une immense farce qui a pour but de se moquer des religions».

«Trop de personnes, impliquées dans de véritables litiges soulevant des enjeux susceptibles d’affecter leur vie ou celle de leurs enfants [...] attendent leur tour», souligne le juge.

Mais pour Mme Narayana, c’est la SAAQ qui abuse de la justice en lui refusant de porter un foulard de pirate.

«La photo était valide en 2012 et mon permis était valide jusqu’en 2018. Moi, j’ai tout payé de ma poche, ça m’a coûté presque 10 000 $», indique-t-elle.

Et quand on lui demande si la blague n’est pas un peu chère, elle rit, mais répond: «C’est une question d’égalité.»

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.