/news/transports
Navigation

Les chauffeurs de taxi se disent menacés par les nouveaux tarifs d’UberX

Manifestation de chaufeurs de taxi
Photo d'Archives Les chauffeurs de taxi craignent de perdre davantage de clients à la suite de la baisse des prix d’UberX.

Coup d'oeil sur cet article

Les chauffeurs de taxi, déjà fortement concurrencés par Uber, accusent l’entreprise américaine d’ajouter «l’injure à l’insulte» en réduisant jusqu’à 20 % les tarifs de certains de ses services mercredi.

«En baissant ses prix, Uber envoie paître le maire de Montréal Denis Coderre et il envoie paître le ministre des Transports Robert Poëti. Leur direction se fout de tout et avec cette dernière décision, elle ajoute l’injure à l’insulte», s’insurge Guy Chevrette, porte-parole du Comité provincial de concertation et de développement de l’industrie du taxi (CPCDIT).

Un sentiment repris par Benoît Jugand, porte-parole du syndicat qui représente 5000 chauffeurs et propriétaires de taxi.

«Uber rit présentement du gouvernement, et Québec ne fait rien pour résoudre le problème. Ça fait des mois que rien ne bouge et, entre-temps, les chauffeurs de taxi perdent de l’argent et leur qualité de vie continue à empirer», dénonce M. Jugand.

Mercredi, Le Journal révélait que l’entreprise avait réduit de 10 % les tarifs de son service le plus populaire, UberX, qui permet à tout automobiliste d’offrir des voyages payants.

Le ministre des Transports Robert Poëti a refusé de commenter la nouvelle. Le Bureau du Taxi, lui, a vivement dénoncé la concurrence «déloyale» d’Uber.

Déception chez les chauffeurs

Cette stratégie ne fait toutefois pas l’unanimité chez les «chauffeurs-partenaires» de l’entreprise, qui craignent de voir leurs revenus chuter.

«C’est bien pour les clients, mais c’est décevant pour nous les chauffeurs, je ne suis pas content. Maintenant, je vais devoir travailler plus d’heures pour faire le même montant d’argent», indique un chauffeur UberX qui a demandé l’anonymat au Journal par peur d’être puni par l’entreprise.

«Ce que je trouve le plus frustrant est qu’ils nous ont avertis le matin même du changement que les prix UberX allaient baisser. Aucune communication, aucune consultation, juste un courriel qui nous indiquait qu’on allait faire moins d’argent», ajoute pour sa part Georges, qui a préféré taire son nom complet.

La décision de baisser les tarifs d’UberX pour attirer davantage de clients a d’ailleurs déjà attiré les foudres des chauffeurs dans plusieurs villes américaines et européennes, qui ont organisé des manifestations contre l’entreprise.

Soulignons que les chauffeurs reçoivent 80 % du montant de chaque course, tandis que l’entreprise retient l’autre 20 %.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.