/news/education
Navigation

Pas de fête de l'Halloween dans les écoles: Blais blâme les enseignants et les directions d'établissement

François Blais
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre François Blais blâme les enseignants et les directions d'école pour l'annulation de la fête de l'Halloween en guise de moyen de pression.

«C'est dommage pour les enfants. (...) Lorsque les enseignantes et enseignants ou les directions d'établissement agissent ainsi, ce sont sur les enfants qu'ils font pression», a fait valoir jeudi le ministre de l'Éducation, dans une déclaration envoyée par courriel.

Les élèves de l'école primaire La Chanterelle à Val Bélair ne pourront pas se déguiser le vendredi 30 octobre pour fêter l'Halloween, a révélé Le Journal. Dans une lettre envoyée aux parents, la direction de l'établissement invoque le «contexte actuel de négociation» pour expliquer cette décision. Il semble que ce ne soit pas un cas isolé, d'autres écoles de la région de Québec seraient aussi touchées.

M. Blais estime que des moyens de pression envers le gouvernement peuvent être utilisés en période de négociation. «Mais nous rappelons que les intérêts des enfants et les lois doivent être respectés», insiste-t-il.

Le ministre soutient que les pourparlers entre Québec et ses enseignants se règleront aux tables de négociation.

Le député caquiste Éric Caire demande aux professeurs de faire marche arrière. «Stratégiquement, c’est une très, très, très mauvaise décision des professeurs qui a pour effet, ultimement, de prendre en otage les enfants», déplore celui qui est aussi père de famille de quatre enfants, dont deux d’âge primaire.

«Le résultat de tout ça, c’est juste de perdre un peu du capital de sympathie que les parents ont envers les enseignants», souligne le député.

«J’espère que les profs sont à même de comprendre qu’ils sont en train de punir les enfants, qui sont déjà punis par les mauvaises décisions que prend le gouvernement et qui ont des impacts négatifs sur les services qui leur sont offerts. Quand bien même qu’ils annuleraient l’activité de l’Halloween, en quoi ça va mettre de la pression? Ça va juste mettre en colère les parents, et ça va au contraire leur nuire», soulève-t-il.

À l’instar de nombreux citoyens qui dénoncent la situation dans les lignes ouvertes jeudi, Éric Caire estime que les enseignants doivent revenir sur leur décision.

«Il n’y a rien qui est irréversible. Je les implore à le faire parce que les enfants, l’Halloween, c’est une fête importante pour eux et ça se prépare de longue date. Les profs doivent entendre raison, faire marche arrière et trouver d’autres façons [de faire pression sur le gouvernement].»

- Avec la collaboration de Sophie Côté


 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.