/opinion/columnists
Navigation

Réformer le mode de scrutin: ça urge!

Coup d'oeil sur cet article

S’il est une appréhension qui émerge de la présente campagne, c’est de se retrouver avec un premier ministre détesté par la très grande majorité des Canadiens.

S’il est une appréhension qui émerge de la présente campagne, c’est de se retrouver avec un premier ministre détesté par la très grande majorité des Canadiens.

Malgré un bilan mitigé et quelques scandales, les conservateurs auront préservé leur base électorale traditionnelle (30 %) et il leur suffit de quelques points de pourcentage supplémentaires pour arriver en tête.

Vent de changement

Un gouvernement majoritaire échapperait à Stephen Harper, selon les sondages, et, dans un tel cas, les autres partis menacent de le renverser à la première occasion. Nous pouvons cependant redouter qu’il fasse tout pour s’y maintenir, malgré une volonté claire des Canadiens de le voir partir.

Cette fragmentation du vote amplifie les effets pervers de notre mode de scrutin.

Justin Trudeau constitue la révélation de la campagne avec de sérieuses chances de détrôner les conservateurs. Il a ressorti les valeurs traditionnelles de son parti et la justice sociale.

Mulcair, la déception

Quant à Thomas Mulcair, il risque de s’avérer la déception, après avoir miné l’héritage de Jack Layton et s’être cantonné dans l’équilibre budgétaire, abandonnant au chef libéral le discours d’une vie meilleure pour les Canadiens.

Gilles Duceppe a fait une excellente campagne et il mise sur l’intérêt des Québécois pour la balance du pouvoir. Il est toutefois loin d’être assuré que son appel sera entendu, alors que la «hantise Harper» demeure entière en cette fin de course.

Le Canada n’a jamais connu une course à trois aussi serrée, bien que le NPD prenne du retard ces derniers temps. Cette fragmentation du vote amplifie les effets pervers de notre mode de scrutin, où il suffit d’un faible pourcentage de suffrages pour recueillir un nombre élevé de sièges au Parlement.

Un mode de scrutin proportionnel refléterait mieux la volonté populaire et nous mettrait à l’abri de la tyrannie de la minorité.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.